Panier
vide

Archive pour 2020

Nouveau : Skywatcher Star Adventurer avec WiFi

16.10.2020, Stefan Taube

Le fabricant Skywatcher vient d’équiper sa monture Star Adventurer de WiFi. La monture photo très appréciée peut désormais être commandée commodément et, en particulier, sans contact, via une application gratuite.

Skywatcher-Montierung-Star-Adventurer-2i-WiFi-Photo-Set

L’ensemble comprend en plus une table équatoriale, un contrepoids et un support en L.

Le concept, qui a fait ses preuves, n’a pas été modifié : la monture Star Adventurer permet le suivi d’un appareil photo dans le ciel nocturne. Vous réussissez ainsi des photographies célestes avec de longs temps d’exposition, sans télescope et simplement avec l’objectif de l’appareil photo. Ces montures photo connaissent une popularité de plus en plus grande. Avec sa capacité de charge de cinq kilogrammes, la monture Star Adventurer fait partie des plus grands modèles.

Nous vous proposons la monture Star Adventurer sous la forme d’un ensemble photo avec des accessoires pratiques ou bien dans son équipement de base. Vous n’avez plus besoin que d’un trépied photo et, bien sûr, d’un appareil photo. Mais Skywatcher lui-même propose également un trépied pour la monture Star Adventurer.

En ce qui concerne l’appareil photo, vous trouverez chez nous un large assortiment de reflex numériques (DSLR) modifiés spécifiquement pour l’astrophotographie.

NBX – le nouveau filtre anti-pollution bi-bande de IDAS

13.10.2020, Jan Ströher

Avec le filtre nébulaire NBX de la marque japonaise IDAS, un nouveau filtre bi-bande de très grande qualité fait désormais son entrée sur le marché. Il s’avère particulièrement efficace pour les photographies de nébuleuses réalisées avec des optiques rapides, telles que le Celestron RASA. Comme pour les autres filtres nébulaires de IDAS (Astro Hutech), le nouveau NBX se démarque par sa qualité et ses finitions absolument irréprochables.

Le traitement interférentiel et anti-reflet IGAD (Ion-Gun Assist Deposition) utilisée spécialement pour les filtres astronomiques par le fabricant japonais Astro Hutech avait été développé à l’origine pour la communication optique, qui exige une excellente résistance sur le long terme (> 25 ans) en présence de conditions de terrain difficiles.

Filtre nébulaire IDAS NBX 48 mm

Le résultat : des filtres dotés de revêtements résistants et une stabilité spectrale sur le long terme – notamment en présence de températures et d’humidité extrêmes. Cette stabilité joue un rôle majeur dans les bandes passantes à front raide comme H alpha, les filtres LPS et autres filtres à bande passante étroite. Les filtres dotés d’un revêtement IGAD suppriment presque intégralement les décalages de bande passante de +/- 3 ou 4 nm typiques sur les filtres standard.

Le NBX est un filtre bi-bande, spécialement conçu pour les raies OIII et H alpha. Les courbes de transmission du NBX dans les zones H alpha et OIII sont particulièrement bien mises en évidence sur les graphiques suivants :

Courbes de transmission dans H alpha

Courbes de transmission dans OIII

 

On peut constater que le NBX de IDAS déploie sa pleine efficacité lorsqu‘il est utilisé avec des systèmes optiques et des astrographes très rapides, tels qu‘un Celestron RASA, des réflecteurs Newton particulièrement lumineux de rapports d‘ouverture entre f/2 et f/4, ainsi que des instruments spéciaux, tels que l‘Officina Stellare Riccardi-Honders 200/600.

La nébuleuse « Pac-Man » NGC 281 dans la constellation de Cassiopée

Le contraste des nébuleuses d’émission, qui se composent principalement de combinaisons d’oxygène (OIII) ou d’hydrogène (H alpha) est ainsi largement augmenté. En outre, il n’est pas nécessaire de prévoir des temps d’exposition plus longs, notamment grâce à l’utilisation des optiques astrophotographiques à très forte intensité lumineuse mentionnées ci-dessus, mais également grâce à l’effet de contraste spécial du filtre NBX. Le filtre est idéal pour les caméras CMOS monochromes et tous les types de capteurs couleur one-shot. Un filtre IR bloquant est donc superflu. Le NBX est également parfocal avec d’autres filtres anti-pollution IDAS LPS.

Mars en opposition 2020

01.10.2020, Marcus Schenk

CEM70 avec iGuider – la dernière innovation d‘iOptron

24.09.2020, Jan Ströher

L’entreprise américaine iOptron, qui avait déjà acquis une excellente réputation ces dernières années grâce à ses montures innovantes, performantes et stables, a mis sur le marché la CEM70 en avril de cette année, qui n’est autre que la digne héritière du modèle CEM60.

La nouvelle CEM70 a la même conception caractéristique des CEM éprouvées. « CEM » est l’acronyme de Center-Balanced Equatorial Mount. Ce design a l’avantage d’offrir un excellent rapport entre capacité de charge et poids réel de la monture. Dans le cas de la CEM70, ce rapport est de 2,3. La monture est donc en mesure de porter plus du double de son propre poids ! La CEM70 s’utilise ainsi en déplacement, mais elle peut également être installée dans un observatoire.

Les moteurs pas à pas et les entraînements par courroies crantées offrent une précision d’approche élevée en mode GoTo, mais surtout, une précision de suivi exceptionnelle avec une erreur périodique de moins de +/- 3,5 secondes d’angle ! Sans oublier l’agréable fonctionnement stable et silencieux, caractéristique des montures iOptron.

Tout comme la CEM25P ou la CEM60, le nouveau modèle a été spécialement conçu pour l’astrophotographie. La version avec autoguidage intégré (« iGuider ») vient couronner le tout ! En outre, les deux modèles de la CEM70 disposent d’une interface ST4, d’un GPS intégré, d’une mallette de transport résistante, de moteurs pas à pas silencieux, de la commande manuelle éprouvée Go2Nova, ainsi que de la platine double format, Vixen et Losmandy.

Avec un chargement maximal de 31 kg, la CEM70 peut accueillir tout un éventail de télescopes ainsi que l’équipement correspondant pour la photographie. Somme toute, la nouvelle monture CEM70 constitue un dispositif très mobile, doté d’un design bien pensé, de fonctions utiles et d’applications supplémentaires, capable de porter des instruments de plus grande masse en toute sécurité, de manière silencieuse et précise. Elle assurera toujours vos arrières en astrophotographie ! Retrouvez ces deux modèles dans notre Astroshop en cliquant sur ce lien.

Faits marquants de l’automne 2020

28.08.2020, Marcus Schenk

Mars en opposition, Léonides sans Lune et une intéressante occultation d’étoiles le soir. Il y a de nouveau suffisamment de raisons pour regarder les étoiles.

Ne laissez rien vous échapper au cours des trois prochains mois : l’Infographie de l’automne 2020 vous donnera un aperçu rapide des nombreux événements célestes importants attendus. Le texte d’accompagnement vous apportera d’autres détails d’un grand intérêt.

Nous vous souhaitons de captivantes heures d’observation.

Septembre :

06/09. La Lune rencontre Mars

Le soir du 5 septembre, la Lune et Mars se trouvent dans une dense constellation : à partir de 21h30 CEST, toutes deux se lèvent au-dessus de l’horizon est. Cependant, elles se rapprochent de plus en plus au cours de la nuit, jusqu’à ce qu’elles se trouvent à moins d’un degré de distance au petit matin du 6 septembre.

11/09. Neptune en opposition

Neptune est la planète la plus extérieure du système solaire : à ce jour, nombreux sont les observateurs qui ne l’ont que rarement vue. Cependant, elle atteint maintenant son opposition et se tient pendant toute la nuit dans une position favorable dans le ciel. A la tombée de la nuit, nous la trouvons au-dessus de l’horizon est, entre le Verseau et les Poissons. Avec une magnitude de 7,8, elle peut être découverte avec toutes les jumelles, mais ce n’est qu’au télescope que nous détectons le petit disque planétaire de Neptune, planète distante de 4,3 milliards de kilomètres.

14/09. Rencontre de la Lune, de Vénus et de M44

Vous êtes un lève-tôt ? Parfait, car vous allez alors vivre un délicieux moment, celui d’une rencontre entre la Lune, Vénus et l’amas d’étoiles ouvert M44. Par un ciel sombre, on peut déjà la détecter à l’œil nu. Les trois objets célestes sont pratiquement alignés, M44 représentant le centre. Ce qui est particulièrement beau : la Lune décline et elle n’est éclairée qu’à 14 %.

25/09. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

Pendant tout l’été, nous avons pu observer Saturne et Jupiter en Sagittaire, dans le ciel du soir. Ce fut tout simplement un temps fort pour chaque observation astronomique. Peu après le début de l’automne, le 25 septembre, nous assisterons à un beau spectacle avec la Lune.

Octobre :

03/10. La Lune rencontre Mars

Ce mois, la Lune remarque aussi que Mars doit être la star du mois. En octobre, en effet, elle la rencontre deux fois. Au cours de cette nuit, une distance de 4 degrés les sépare.

03/10. Vénus rencontre Régulus

Au cours de la période précédant l’aube, nous voyons surgir à l’est, la constellation printanière du Lion. Ce qui frappe, ce sont Vénus et l’étoile principale Régulus qui sont ensemble, cette dernière venant par ailleurs à la 22e position parmi les étoiles les plus lumineuses du ciel du soir. Percevoir consciemment les grandes différences de luminosité de ces deux corps célestes est un véritable plaisir.

08/10. Draconides

Les Draconides sont une pluie de météores qui semble provenir de la constellation du Dragon. Le 8 octobre, on escompte les taux de chute maximum. Il n’y a malheureusement pas de prévisions quant au nombre d’étoiles filantes à escompter, car ce nombre peut varier considérablement.

Le radiant se situe à proximité de l’étoile β Draconis. Le Dragon fait partie d’une constellation circumpolaire, ce qui fait que le radiant se situe à hauteur optimalement visible.

14/10. Mars en opposition

La période orbitale de Mars est de 686 jours, c’est-à-dire que l’on assiste à une opposition à peu près tous les deux ans. La dernière, qui remonte à 2018, nous a offert une grande proximité de la Terre et une planète Mars gigantesque, mais sa hauteur au-dessus de l’horizon était faible. Cette année, le diamètre de son disque n’est que de deux secondes d’arc plus petit, mais la position dans le ciel est nettement plus haute. Ce que cela signifie : l’une des meilleures possibilités d’observation dans les prochaines années.

21/10. Orionides

Les Orionides sont une petite pluie d’étoiles filantes, avec 20 météores environ par heure. Le radiant se situe dans la constellation d’Orion, près de l’étoile Bételgeuse. Vous pourrez observer les étoiles filantes pendant tout le mois, mais le maximum se situera entre le 20 et le 21 octobre. La meilleure période pour l’observation se situe entre 22 heures et 5 heures.

21/10. La Lune occulte Gamma SGR (Soft Gamma Ray)

Les occultations d’étoiles par la Lune sont fascinantes pour tous les observateurs, en particulier lorsqu’elles commencent du côté encore non éclairé de la Lune. Le 21 octobre, une opportunité optimale s’offrira à nous à la tombée de la nuit. À 20h35, l’étoile Gamma SGR (Soft Gamma Ray), d’une magnitude de 2,8, sera occultée dans la constellation du Sagittaire. Avec des étoiles de cette luminosité, l’effet est stupéfiant : comme si elle était éteinte, elle disparaît derrière la Lune et resurgit de l’autre côté à 21h42. Mais la Lune peut alors être déjà couchée en bien des endroits.

22/10. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

À peine un mois après la dernière rencontre, la Lune rejoint de nouveau les planètes Jupiter et Saturne. Le meilleur moment pour observer : au crépuscule.

29/10. La Lune rencontre Mars

Ce soir, la Lune et Mars se rencontrent et sont à une distance de 3 degrés.

31/10. Uranus en opposition

Uranus est l’une des géantes gazeuses les plus éloignées. Au télescope, elle n’apparaît que sous la forme d’un minuscule disque verdâtre, sur lequel nous ne détectons aucun détail. Mais vous pouvez encore l’identifier en tant que planète. Cherchez Uranus avec une carte du ciel ou, mieux encore,  avec le système GoTo de votre télescope. Avec un grossissement de 120-200x, vous pourrez alors détecter le petit disque planétaire.

Novembre :

10/11. Mercure à sa plus grande élongation ouest

Mercure se trouve à sa plus grande distance angulaire du soleil, 19 degrés. Elle atteint ainsi sa meilleure visibilité matinale cette année. Le 10 novembre, nous pourrons voir Mercure se lever au-dessus de l’horizon est, à 5h30 environ. Venue des couches de brume, Mercure brille au-dessous de Vénus.

11/11. La Lune occulte α Virginis (Epi) dans la Vierge

Le 11 novembre, il conviendrait que vous vous leviez tôt : dans les heures du matin, à partir de 6h40, on assistera à une occultation d’étoile rare et très bien visible. La Lune occultera l’étoile α Virginis de magnitude 4.

12/11. Jupiter rencontre Pluton

Jupiter et Pluton défilent l’une à côté de l’autre et se rapprochent le 12 novembre jusqu’à 40 secondes d’arc. Il est normalement difficile de trouver aisément l’ancienne planète et l’actuelle planète naine. Elle est en effet faible et ne peut être distinguée d’une étoile. Mais, cette fois, Jupiter constitue un bon point d’orientation pour chercher Pluton également sans monture GoTo.

13/11. Rencontre de la Lune, de Mercure et de Vénus

À l’aube apparaît une constellation qui va faire briller les yeux de tous les observateurs du ciel : dans le sens est, dans la constellation de la Vierge, Vénus, Mercure et le très fin croissant de Lune vont rayonner : une opportunité parfaite pour une belle impression du ciel du soir.

16/11. Léonides

Du 16/01 au 17/01, les Léonides atteignent leur maximum. À côté des Perséides, les Léonides font partie des pluies d’étoiles filantes les plus célèbres. Il y a eu des années où ces météores tombaient comme des gouttes de pluie du ciel. Cela se produit en général tous les 33 ans, lorsque la Terre entre en collision avec le nuage des Léonides. Dans les années normales, la chute maximale ne dépasse pas 20 météores par heure. Cette année, l’étroit croissant de Lune se couchera tôt et c’est sans obstacles que nous pourrons profiter des étoiles filantes pendant toute la nuit.

19/11. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

La constellation du Sagittaire disparaît alors définitivement du ciel en début de soirée mais, immédiatement au-dessus de l’horizon, nous pouvons aujourd’hui détecter, dans un joli groupe, la Lune âgée de cinq jours, ainsi que les planètes Jupiter et Saturne.

25/11. La Lune rencontre Mars

La Lune et Mars se rencontrent aujourd’hui à une distance de 6 degrés environ.

Lithium LT – la nouvelle alimentation Powertank de Celestron

18.08.2020, Stefan Taube

Celestron lance sur le marché le PowerTank Lithium LT, un accumulateur particulièrement léger, idéal pour les petits télescopes.

Celestron_Powertank_LT

Le Powertank peut être fixé sur la jambe du trépied à l’aide de la bande Velcro jointe.

L’électronique des télescopes modernes est très sensible aux défauts de tension. Si l’on utilise un télescope à une trop faible tension, la conséquence peut en être des moteurs qui souffrent face à des charges importantes, voire une défaillance de l’électronique. Le PowerTank Lithium LT utilise un régulateur de tension intégré afin de garantir une tension de 11,8 volts au moins pendant toute la durée d’utilisation, jusqu’à ce que l’accumulateur soit pratiquement vide et s’arrête.

Par rapport à un accumulateur au plomb classique, le PowerTank Lithium LT est plus petit, plus léger, plus efficace et meilleur pour l’environnement. Il offre de meilleures performances, une plus grande durée de vie et un fonctionnement plus sûr que d’autres accumulateurs lithium-ion, meilleur marché. Il offre en outre un arrêt automatique, une protection contre l’inversion de polarité et une protection contre le chargement/déchargement, de même qu’une protection contre les surtensions et les courts-circuits.

Celestron_Powertank_LT_1

La sortie USB permet de charger un smartphone.

Nous conseillons le PowerTank Lithium LT pour les télescopes des séries

Par ailleurs : l’accumulateur satisfait également aux prescriptions actuelles de la FAA (Federal Aviation Administration (Administration Fédérale de l’Aviation)) pour les bagages à main. Il est ainsi idéal pour le voyage !

Images de la comète C/2020 F3 NEOWISE : différentes prises de vue réalisées par nos collègues [galerie de photos]

20.07.2020, Marcus Schenk

Chez Astroshop.de, nous foisonnons d’astronomes amateurs et d’autres individus qui depuis de nombreuses années, observent le ciel avec un enthousiasme débordant. Et comme vous pouvez vous en douter, les comètes étaient au cœur des conversations lors de la pause déjeuner, entre la soupe tomate et les tortellinis. Au printemps, nous pensions pouvoir admirer une magnifique comète aux mille éclats, mais toutes ces voyageuses n’ont eu de cesse de décevoir nos espoirs. D’où notre joie sans borne, lorsque la comète C/2020 F3 (NEOWISE) a été découverte en mars.

Visible uniquement dans le ciel du sud, elle a progressivement rejoint l’hémisphère nord. Au début du mois de juillet, elle se trouvait encore juste au-dessus de l’horizon et n’était observable que tôt le matin. Il est à présent possible de l’apercevoir en fin de soirée et le matin à partir de 3 heures, environ au-dessus de l’horizon nord. Elle est tellement lumineuse qu’on peut la distinguer à l’œil nu en ville.

Certains vont jusqu’à la comparer avec la comète Hyakutake, qui avait furtivement traversé le ciel en 1996 avec sa longue trainée lumineuse. En effet, nous n’avons pas connu de comète aussi spectaculaire depuis Hyakutake et Hale-Bopp.

Découvrez les prises de vue de la comète réalisées par nos collègues ces derniers jours dans la galerie de photographies ci-dessous :

Komet Neowise Michele Russo

Auteur de l’image : Michele Russo

 

Komet Neowise von Uli Zehndbauer

Auteur de l’image : Uli Zehndbauer, Sony RX-100 Mk I, 10s ISO 800 photo réalisée en une prise et sans suivi. 10 juillet 2020, 3h15, lieu : Kalvarienberg (Mont du calvaire), Karlskron/Pobenhausen

 

Auteur de l’image : Frank Gasparini, capture réalisée en une prise 400 ASA, 4 sec, 70 mm avec Pentax K3

 

Auteur de l’image : Marcus Schenk, réalisée avec un Sony Alpha 7s plein format, 70 mm, f/5,6, 3,1 secondes, 3h41.

 

Auteur de l’image : Michal Baczek, télescope : SW 120/600 sur une monture Meade LX85. Appareil photo Nikon D3200, durée 1x30s

 

Auteur de l’image : Carlos Malagon, Omegon ED80 avec réducteur, appareil photo Canon 350D, empilement 30×20 secondes.

 

Auteur de l’image : Joao Martins, appareil photo Sony A7 III, Sigma 50mm, f/5,0, 15 secondes, Pateira de Fermentelos, Portugal

 

Si vous souhaitez observer vous-même la comète, consultez notre graphique du ciel que vous trouverez dans notre article C/2020 F3 (NEOWISE) : une nouvelle comète sous les projecteurs ?

Nous vous souhaitons de passer des moments inoubliables à observer le ciel !

PS : vous êtes à la recherche de jumelles pour observer la comète ? Voici nos recommandations inédites en la matière.

A découvrir dès aujourd’hui : masques en tissu aux jolis motifs astronomiques

08.07.2020, Marcus Schenk

Que vous vous rendiez au supermarché, à la librairie ou à l’observatoire astronomique public, le port du masque est obligatoire partout. Alors autant en choisir un qui vous plaise. Un jeu d’enfant avec les nouveaux masques aux motifs astronomiques, dont de magnifiques images des Pléiades et de la couronne solaire lors d’une éclipse. Le port du masque correspond ainsi davantage à votre profil d’astronome amateur et de fan du cosmos.

Un élargissement hors pair de la gamme de masques en tissu Masketo, qui n’étaient disponibles qu’en noir, blanc et dans différentes tailles – enfant y compris -, ou avec le motif Couronne boréale.

La couronne solaire : le Soleil est l’une des sources de la vie sur Terre. Il ne s’agit que d’une étoile de taille moyenne située en marge de la galaxie, mais pour les êtres humains que nous sommes, elle est d’une importance capitale, à l’instar de notre Planète. Le masque montre une éclipse solaire totale, qui se produit lorsque la Lune s’intercale entre la Terre et le Soleil. Du fait de cette coïncidence inouïe, la Lune et le Soleil apparaissent de la même taille, ce qui nous permet d’admirer la couronne solaire telle qu’elle figure sur le masque.

Maske mit Sonnencorona

Couronne solaire

Les Pléiades : les Sept Sœurs étaient déjà connues au temps de la Préhistoire, ce qui explique pourquoi on découvrit une peinture rupestre âgée de 17 000 ans, ainsi qu’une représentation sur le disque céleste de Nebra à leur effigie dans une grotte. Considérées par certains comme le « petit chariot », elles constituent l’amas ouvert d’étoiles le plus célèbre du ciel. Distant de 400 années-lumière de la Terre seulement, ce dernier est constitué d’étoiles bleutées de masse élevée âgées de 100 millions d’années seulement.

Plejaden auf der Maske

Les Pléiades

Motif estival : si vous souhaitez arborer une touche d’été sur votre visage, optez pour ce masque aux jolis palmiers sur un ton frais de turquoise.

Maske mit Sommermotiv

Motif estival

Tous les masques de Masketo sont des masques d’appoint, qui peuvent contribuer à réduire la propagation de gouttelettes dans la crise du coronavirus.

Les avantages :

  • Masque facial à motif
  • Pourvu d’élastiques
  • Doublé et doté d’une barrette pour le nez
  • Intérieur 100% coton et extérieur 100% Polyester
  • Lavable en machine à 60°C
  • Fabriqué en Europe

Remarque : ces masques sont destinés à réduire le risque de contamination de l’environnement extérieur par projection de gouttelettes. Il ne s’agit pas d’un dispositif médical au sens de la Loi allemande sur les dispositifs médicaux (MPG) ni d’un équipement de protection individuelle (EPI).

A la pointe de la mode au planétarium ou dans votre club d’astronomie : commandez votre masque étoilé en tissu dès aujourd’hui.

C/2020 F3 (NEOWISE) : une nouvelle comète sous les projecteurs ?

06.07.2020, Marcus Schenk

Va-t-elle occuper le devant de la scène céleste ? Ou disparaître discrètement par la petite porte ? Une comète prometteuse est à nouveau en chemin dans le système solaire. Mais que nous réserve C/2020 F3 (NEOWISE) ? Les estimations la concernant nous tiennent en haleine …

Komet F3 NEOWISE

Comet C/2020 F3 (NEOWISE)

Tout a commencé au printemps avec la comète Y4 ATLAS : la rumeur ne tarda pas à l’ériger au rang de Grande Comète 2020, car elle décrivait une orbite similaire à celle de la Grande Comète de 1844. A ce moment-là, elle atteignait encore une brillance non négligeable de magnitude 1. La comète Y4 ATLAS a donc fait naître de beaux espoirs, avant de se désintégrer soudainement. C’est sous forme de débris qu’elle a continué à fuser à travers le cosmos, et le grand événement n’a pas eu lieu. Nous avons également pu parfois observer la comète C/2017 C2 (Panstarrs), qui est cependant restée en deçà des attentes.

La perspective réjouissante d’une autre comète brillante C/2020 F3 (NEOWISE)

Heureusement, l’Univers n’est jamais à court de surprises : la nouvelle comète C/2020 F3 (NEOWISE) a été découverte le 27 mars par le télescope spatial NEOWISE sous forme de « luciole » de faible brillance (magnitude 17). Les talentueux dénicheurs de comète parmi la communauté scientifique lui prédisent désormais un brillant avenir. On murmure à huit-clos qu’elle pourrait même atteindre une luminosité de magnitude 0,6. Quoi ? Impossible. Et pourtant si ! Mais ne le répétez pas trop fort.

Ce graphique montre la trajectoire de la comète C/2020 F3 (NEOWISE)

Où se situe la comète et comment l’observer ?

Soyez bien attentif si vous ne souhaitez pas passer à côté des informations essentielles
Actuellement, la comète NEOWISE se trouve toujours dans l’hémisphère céleste sud : elle est cependant en train de migrer lentement vers le ciel étoilé du nord et s’élève chaque jour un peu plus. A partir du 15 juillet, on pourra l’admirer dans le ciel du soir (à partir de 22h30) à 15 degrés au-dessus de l’horizon nord-ouest. Malheureusement, il ne sera pas possible de l’observer toute la nuit, car elle sera proche du Soleil. Les jours suivants, elle se déplacera dans la constellation du Lynx (assez peu perceptible) en direction de la patte avant de la Grande Ourse. Vous ne disposez que d’un temps limité après le crépuscule, mais le spectacle en vaut la peine.

Télescope, jumelles ou œil nu ?

Si les experts ont vu juste, NEOWISE atteindra une luminosité de magnitude 0,6 le 5 juillet lorsqu’elle approchera de son périhélie. Le 15 juillet, elle devrait cependant encore briller d’un puissant éclat de magnitude 2 dans le ciel. Les télescopes ou jumelles de toutes les sortes possibles, voire une simple paire d’yeux, feront alors l’affaire.

A la mi-juillet, elle n’aura pas encore atteint sa destination finale : au cours du mois, elle continuera à côtoyer les pattes de la Grande Ourse avant de rejoindre la magnifique Chevelure de Bérénice le 1er août. Pendant cette période, sa luminosité diminue légèrement : elle chutera pour atteindre magnitude 3 le 20 juillet et magnitude 5,5 le 1er août. Elle ne perdra pas pour autant tout son charme. En effet, le ciel sera alors plus sombre et elle pourrait gagner plus de 10 degrés de hauteur.

Pourra-t-on un jour échapper à ce cycle infernal des comètes sans éclat ? C’est ce qu’il faut observer de près. Nous vous souhaitons de suivre ces évolutions avec joie et enthousiasme.

Vous pouvez télécharger le graphique sous forme de PDF en cliquant sur le lien suivant : Aufsuchkarte_C:2020 F3 NEOWISE.

Nouveau : télescopes StarSense Explorer de Celestron

01.07.2020, Stefan Taube

L’idée de commander un télescope avec le smartphone n’est pas nouvelle. Avec la série StarSense Explorer, Celestron propose une nouvelle variante qui devrait être particulièrement intéressante pour les débutants.

Une particularité des  télescopes StarSense Explorer réside dans le fait qu’il n’y a pas lieu d’établir une connexion WLAN entre le télescope et le smartphone. L’application StarSense Explorer, gratuite, s’oriente directement sur le ciel nocturne, via l’appareil photo du smartphone et un astucieux système de miroir.

Celestron StarSense Explorer DX

Celestron StarSense Explorer DX

Voici comment il fonctionne : il vous suffit d’installer l’application StarSense Explorer gratuite et d’insérer votre smartphone dans le support spécial du télescope. L’application utilise les données de localisation de votre smartphone pour déterminer le lieu d’observation ; la date et l’heure du moment n’ont pas non plus à être saisies.

L’application StarSense Explorer utilise un algorithme (LISA) Lost in Space spécial qui est également utilisé sur les satellites spatiaux pour l’orientation. Les motifs d’étoiles photographiés par l’appareil photo du smartphone sont alors comparés avec la banque de données interne. Ces calculs sont combinés aux informations obtenues du gyroscope et de l’accéléromètre du smartphone. Le tout conduit à une très grande précision qu’aucune autre application de planétarium ne peut atteindre ! Ainsi navigue-t-on dans la nuit en toute sécurité, même si l’on ne possède pas de connaissances préliminaires !

In drei Schritten zum Erfolg

Il vous suffit d’insérer le smartphone, de lancer l’application et, déjà, vous pouvez commencer à observer.

L’application StarSense Explorer vous propose des objets d’observation qui valent la peine, pour la présente nuit et pour l’endroit où vous vous trouvez. Mais vous pouvez également, avec la vue du planétarium, pivoter sur des objets intéressants et vous les faire identifier.

Les  télescopes StarSense Explorer sont livrés avec une monture azimutale. Vous pouvez ainsi déplacer le télescope facilement en site et en azimut. Deux axes, munis de grandes poignées, permettent le réglage de précision et le suivi. Les télescopes ne sont donc pas équipés d’un moteur mais ils font partie de la classe des télescopes PushTo.

Par ailleurs, vous pouvez bien sûr parfaitement utiliser votre télescope StarSense Explorer sans smartphone, par exemple pour un regard rapide sur la Lune que vous devriez trouver sans aucune assistance électronique.

29.10.2020
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go