Panier
vide
S'abonner à RSS Feed ou ATOM Feed

Le télescope Skywatcher Heritage FlexTube désormais en GTi

21.09.2021, Stefan Taube

Le télescope Heritage FlexTube est un Dobson très populaire avec trépied de table. Le tube télescopique a rendu la monture, déjà très compacte, encore plus facile à transporter – difficile de faire plus compact !

Le fabricant Skywatcher propose désormais ce Dobson pratique avec une commande par ordinateur : le télescope Heritage FlexTube Virtuoso GTi.

Skywatcher Dobson Teleskop N 150_750 Heritage FlexTube Virtuoso GTi

Télescope Dobson Skywatcher N 150/750 Heritage FlexTube Virtuoso GTi

 

La monture Virtuoso GTi pointe les objets sélectionnés et assure le suivi du télescope en fonction de la rotation du ciel. De cette façon, l’objet-cible reste toujours visible dans l’oculaire.

Pour ce faire, la monture génère son propre WLAN, auquel il vous est possible de connecter votre smartphone, sans fil. Vous pouvez ensuite initialiser et commander la monture via SynScan, l’application gratuite pour iOS et Android. Une fois l’application installée sur votre smartphone, vous n’avez plus besoin d’accès Internet pour piloter, et donc de raquette qui, de ce fait, n’est pas incluse dans la livraison.

Skywatcher Dobson Teleskop N 150_750 Heritage FlexTube Virtuoso GTi 2

Même dans sa version motorisée, le Dobson est très compact et facile à transporter.

 

Comme pour la version sans moteur, le Télescope Virtuoso GTi utilise également l’optique Newton 150/750 éprouvée. Ce télescope de 6 pouces, au rapport d’ouverture favorable, vous fera découvrir les nébuleuses lumineuses du ciel nocturne, telles que la célèbre nébuleuse d’Orion, l’amas globulaire Messier 13 ou la galaxie d’Andromède, située à 2,5 millions d’années-lumière.

À propos : vous pouvez également monter l’Heritage FlexTube Virtuoso GTi sur un trépied photo ou un trépied astronomique avec filetage photo, sur le trépied Skywatcher avec vis de fixation 3/8″ par exemple.

Infographie : les faits astro marquants de l’automne 2021

01.09.2021, Marcus Schenk

L’automne a les planètes en point de mire : Jupiter et Saturne sont toujours encore parfaitement visibles. Vous avez en outre la possibilité d’observer les deux planètes extérieures, Uranus et Neptune, au cours de leur opposition.

Dans le graphique du ciel « Infographie : les faits astro marquants de l’automne 2021 » vous trouverez de nombreux événements célestes importants en un coup d’œil. Vous trouverez, dans ce texte d’accompagnement, les dates et les explications complémentaires relatives aux dits événements.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Septembre

Septembre est la période entre l’été et l’automne : cela se note également dans le ciel étoilé. Les constellations d’Hercule et de La Lyre dérivent vers l’ouest. Au sud, en revanche, la constellation du Capricorne présente un plan saisissant avec les deux grandes planètes Jupiter et Saturne.

02/09 : La Lune occulte ε des Gémeaux

L’étroit croissant de Lune occulte l’étoile Epsilon Gem dans les Gémeaux aux heures matinales. À 2 heures du matin, la Lune se rapproche par sa face éclairée. Il vous faut une très bonne vue de l’horizon en direction du nord-est. (La visibilité dépend du site d’observation).

03/09 : La Lune occulte κ des Gémeaux

À 04:38 la Lune occulte l’étoile Kappa Gem dans les Gémeaux. Une occultation fort attrayante car la Lune présente un étroit croissant. (La visibilité dépend du site d’observation).

03/09 : La Lune rencontre Pollux

Au cours de la seconde moitié de la nuit, la Lune se lève au-dessus de l’horizon dans les Gémeaux. Aujourd’hui, 3 degrés seulement la séparent de Pollux.

14/09 : Neptune en opposition

La planète la plus éloignée du système solaire est en opposition et parfaitement visible. Avec des jumelles déjà, elle est visible comme une étoile, mais ce n’est qu’avec un télescope que l’on peut identifier la planète de 2,3 secondes d’arc sous la forme d’un disque. Disposer d’une carte ou d’une application de recherche constitue un avantage indéniable.

17/09 : La Lune rencontre Jupiter et Saturne

Les deux plus grandes planètes se rencontrent dans la constellation du Capricorne. Elles forment un triangle, la Lune se trouvant au milieu.

Octobre

Avec le mois d’octobre, nous sommes enfin en automne. Au-dessus de nos têtes, nous pouvons voir le célèbre Grand carré de Pégase et la constellation d’Andromède. Il est temps de faire une longue excursion dans la galaxie d’Andromède. Avec des jumelles, cela reste toujours une expérience mémorable.

01-31/09 : La Lune occulte η du Lion

Aux heures matinales, à 5h27, il fait encore nuit. À ce moment-là, la Lune occulte, par son fin croissant éclairé, l’étoile Eta (η) du Lion, de magnitude de 3,4. C’est indéniablement l’occultation d’étoile la plus impressionnante de ce trimestre. (La visibilité dépend du site d’observation).

08/10 : Les Giacobinides

Les Giacobinides (également connues sous le nom de Draconides) sont une pluie de météores qui semble provenir de la constellation du Dragon. Les taux de chute maximum sont prévus le 8 octobre. Il est malheureusement impossible de prévoir un nombre d’étoiles filantes visible dans l’heure, car cela peut varier énormément. Le radiant se situe tout près de l’étoile Beta du Dragon (β Draconis). Le Dragon fait partie d’une constellation circumpolaire, le radiant se trouve donc à une hauteur de vision optimale le soir.

09/10 : La Lune rencontre Vénus

Au coucher du soleil, une Vénus brillante et un croissant de Lune naissant, âgé de 3,5 jours seulement, apparaissent au sud-ouest. Il reste un maximum de 2 heures avant que Vénus ne disparaisse sous l’horizon.

14-15/10 : La Lune rencontre Jupiter et Saturne

Avec la fin du crépuscule civil à 19 heures, les planètes Jupiter et Saturne prédominent dans le ciel. Bien qu’elles aient été en opposition en août, elles restent toujours encore une cible intéressante. La Lune n’occasionne pas de gêne lors de l’observation.

21/10 : Les Orionides

Les Orionides sont, avec quelque 20 météores par heure, une pluie d’étoiles filantes moins dense. Le radiant se trouve dans la constellation d’Orion, à proximité de l’étoile Bételgeuse. Bien qu’il vous soit possible d’observer des étoiles filantes tout au long du mois, le maximum est atteint entre le 20 et le 21 octobre. La meilleure période d’observation se situe entre 22 heures et 5 heures du matin.

23/10 : Mercure dans ciel du matin

En mai, vous pouviez observer Mercure en soirée, maintenant la timide planète offre une visibilité matinale de courte durée. Entre le 23/10 et le 31/10, vous pouvez l’apercevoir tout près de l’horizon, à l’est.

Novembre

En novembre, la constellation de Persée est proche du zénith. Vous y trouverez les deux étoiles les plus brillantes, Mirfak et Algol. Entre Persée et Cassiopée brille le célèbre amas d’étoiles doubles h+χ (h + chi), qui, dans les sites d’observation sombres, peut également être observé à l’œil nu.

03/11 : La Lune rencontre Mercure

Il y a deux raisons de se lever tôt : ce matin, le croissant de Lune et Mercure se rencontrent. C’est l’une des dernières occasions avant que Mercure ne redisparaisse dans la lueur brillante du Soleil.

05/11 : Uranus en opposition

De magnitude 5,6, il est possible actuellement de trouver Uranus même à l’œil nu. Mais avec des jumelles ou un télescope vous pouvez la trouver plus facilement, elle apparaît comme un minuscule disque verdâtre sur lequel il est cependant impossible de reconnaître le moindre détail, mais vous pouvez toujours l’identifier comme étant une planète.

08/11 : La Lune rencontre Vénus

Aujourd’hui, la Lune en phase croissante, rencontre une Vénus qui brille de tous ses feux.

10/11 : La Lune rencontre Saturne

La Lune croise Saturne à quelque 4,5 degrés en-dessous.

11/11 : La Lune rencontre Jupiter

Cette nuit, la Lune croise Jupiter, se déplaçant de près d’un demi-degré par heure. Il est facile, en prenant Jupiter comme point de repère, d’en suivre le mouvement.

17/11 : Les Léonides

Du 16 au 17/11, les Léonides atteignent leur maximum. Elles font partie, avec les Perséides, des pluies d’étoiles filantes les plus connues. Certaines années, ces météores « tombaient » du ciel telles des gouttelettes de pluie. Cela se produit généralement tous les 33 ans, lorsque la Terre entre en collision avec le nuage des Léonides. Les autres années, le flux ne dépasse pas les 20 météores par heure. Cette année, le fin croissant de Lune se couche tôt et nous pouvons profiter des étoiles filantes toute la nuit sans risquer de subir la moindre gêne.

Nouveauté : table équatoriale Deluxe pour MiniTrack Omegon

19.08.2021, Marcus Schenk

Avec la nouvelle table équatoriale Deluxe, l’alignement du MiniTrack sur le pôle nord céleste devient encore plus facile. Votre avantage : des étoiles ponctuelles toute une nuit durant.

Comment aligner votre MiniTrack et autres suiveurs d’étoiles sans table équatoriale ? En théorie, cela est également possible avec une tête de trépied, mais l’alignement et la bonne stabilité sont alors aussi fiables que les prévisions météorologiques. En un mot : incertains. Mais on s’attend tout de même à ce que la soirée photo soit un succès.

Le moyen adéquat pour réussir

Grâce à la table équatoriale Deluxe, il vous sera facile d’aligner avec précision le MiniTrack sur le pôle nord céleste. C’est rapide et super facile.
Un mécanisme de verrouillage stable garantit un alignement permanent sur le pôle, même si vous deviez pointer votre appareil photo un certain nombre de fois sur de nouvelles cibles.

Dans notre installation, nous utilisons un trépied Carbon Omegon 32 mm, la table équatoriale Deluxe et un MiniTrack 3 avec viseur polaire.

Montage facile sur tout trépied

Grâce au filetage de 3/8 pouces il vous sera possible de visser la table équatoriale sur n’importe quel trépied photo. Pour ce faire il vous faut en outre disposer d’une queue d’aronde  Mini-Vixenstyle, telle que la queue d’aronde Omegon 55 mm, que vous fixez au MiniTrack. Il vous sera facile alors de raccorder votre suiveur d’étoiles simplement et de l’aligner.

Qualité fabriquée au Portugal

La table équatoriale peut se targuer d’une finition de très haute qualité : elle est constituée de composants usinés CNC et fait appel à des vis en acier inoxydable. Fabriquée en petites séries au Portugal elle subit des contrôles de qualité sévères.

Le complément idéal pour votre MiniTrack : découvrez la table équatoriale Deluxe Omegon dans notre boutique.

Nouveauté : tente d’observation d’Explore Scientific

15.07.2021, Stefan Taube

Le jour viendra où il sera à nouveau possible de se retrouver autour d’un télescope ! Tout bénéfice alors pour celui qui disposera d’une tente ! Et pourquoi pas une tente dans laquelle on pourrait installer le télescope ?

69811_3

Tente d’observation Explore Scientific

 

La nouvelle tente d’observation d’Explore Scientific ne convient pas uniquement aux réunions autour d’un télescope, mais elle rendra d’éminents services à chaque fois que vous souhaiterez effectuer des observations à l’abri du vent et des lumières parasites. L’installation dans son propre jardin se justifie dès qu’une période de beau temps pour plusieurs nuits d’observation est annoncée.

En journée, la tente résistante aux intempéries protège votre télescope de la lumière du soleil voire des caprices soudains de la météo.

69811_2

La tente imperméable vous met à l’abri de mauvaises surprises

 

Le point fort est son déploiement automatique (pop-up) : En libérant une sangle de retenue, la tente complète se déplie de son emballage en quelques secondes seulement. Voyez la vidéo sur la page produit.

Un espace immense pour votre équipement : la superficie de la tente-observatoire est de cinq mètres carrés. Elle se subdivise en deux compartiments. On pourra, de ce fait, utiliser l’un d’entre eux pour le télescope et réserver l’autre à l’équipement informatique.

De plus, une fois repliée, la tente d’observation se laisse facilement transporter. Il reste donc suffisamment de place dans la voiture pour les autres choses importantes que requiert une rencontre astronomique.

Vous trouverez de plus amples informations sur ce produit innovant, ici, dans la boutique.

Nouveaux filtres à bandes étroites optimisés CMOS de Baader

02.07.2021, Stefan Taube

Le fabricant Baader présente de nouveaux filtres pour l’astrophotographie dans les lignes spectrales H-alpha, OIII et SII.

Filtersets

La largeur à mi-hauteur de courbe (FWHM pour Full Width at Half Maximum en anglais) des filtres à bande étroite est de 6,5 nanomètres ; pour la bande ultra-étroite elle n’est même que de 3,5 à 4 nanomètres. Les filtres f/2 sont optimisés pour des astrographes très rapides tels que les optiques RASA de Celestron.

Tous les filtres sont disponibles dans les tailles courantes :

cmos-filter-groessen

Avec un filtre à bandes étroites, l’astrophotographie de nébuleuses en émission réussit même sous un ciel urbain pollué par la lumière ! Ces filtres ne laissent passer jusqu’au capteur de l’appareil photo que la partie de spectre dans laquelle brille l’objet céleste sélectionné. Ils bloquent toutes les autres longueurs d’onde. On obtient ainsi des images très contrastées de nébuleuses planétaires, de rémanent de supernova et de pouponnières d’étoiles.

En astrophotographie, on utilise trois types de filtres à bandes étroites, chacun étant transparent à la bande spectrale la plus brillante des atomes d’oxygène, de soufre ou d’hydrogène. En fonction de l’objet astronomique concerné, il se peut qu’un seul filtre soit suffisant pour réaliser une image spectaculaire. La combinaison de trois images, prises chacune à travers un filtre à bandes étroites, est idéale.

La nouvelle génération de filtres optimisés CMOS de Baader présente, entre autres, les caractéristiques suivantes :

  • Traitements Reflex-Blocker™, pour une insensibilité maximale à la rétro-réflexion des lentilles de corrections placée à proximité, même dans les conditions les plus défavorables
  • La FWHM (Full Width at Half Maximum) est, pour chaque catégorie de filtre, réalisée avec grand soin pour permettre des expositions 1:1:1, en adéquation avec l’efficacité quantique et au rapport S/B (signal/bruit) typiques des CMOS
  • Bords noircis sur tout le pourtour, avec identification de la face avant du filtre sous forme de bord extérieur noir sur la dite face aux fins d’éviter en outre toute réflexion de la lumière tombant sur le bord du filtre
  • Chaque filtre est poli individuellement avec une extrême finesse et enduit d’un traitement avec rebord scellé
  • Life-Coat™ : des revêtements encore plus durs aux fins d’offrir une résistance au vieillissement pour une durée de vie illimitée !

Baader-Filter-Technologien

Vous trouverez tous les nouveaux filtres ici dans la boutique.

Jumelles stellaires Omegon : test de l’œil de hibou chez Sky&Telescope

17.06.2021, Marcus Schenk

L’œil de hibou 2,1×42 mm Omegon est un instrument merveilleux pour observer des champs d’étoiles, des nébuleuses étendues voire des constellations dans leur totalité. Pour le magazine d’astronomie Sky&Telescope, Dennis di Cicco a fait passer un test aux jumelles stellaires d’Omegon.

Avec une ouverture de 42 mm et un grossissement de 2,1x, les jumelles stellaires sortent vraiment du commun. Elles offrent une expérience d’observation innovante, impossible jusqu’à présent avec des jumelles et autres télescopes. Une raison suffisante pour amener Sky&Telescope à s’intéresser de près à cet instrument. Le magazine a notamment apprécié la mise en œuvre facile, la compacité, le champ de vision impressionnant et la vue profonde du ciel. L’auteur du rapport de test a pu capturer, dans leur totalité, entre autres, les constellations du Cygne, d’Orion, des Gémeaux, du Cocher et de Persée. De même que certains objets du ciel profond, voire encore des étoiles doubles telles qu’Algol.

Testbericht Omegon Sternfeldglas

Quelques-unes des citations du rapport de test tel que publié :

Très bien fait

Un excellent auxiliaire pour découvrir et apprécier le ciel nocturne dans des conditions moins qu’idéales.

Les jumelles Omegon 2.1×42 sont un véritable plaisir à utiliser.

Dans le ciel de ma banlieue, je ne voyais que des étoiles de magnitude inférieure à 1,5.

En vacances ou lors d’une randonnée de refuge en refuge dans les Alpes : les jumelles stellaires Omegon permettent de faire de belles observations même là où vous ne disposez pas de la place pour un télescope ou des jumelles. Ou, encore, elles servent, entre les deux, de petit encas d’observation. Il reste certainement une place pour les Jumelles stellaires 2,1× 42 mm Omegon dans votre sac (de voyage).

Omegon Advanced 150 mm : à présent avec porte-oculaire 2″

08.06.2021, Marcus Schenk

Le télescope Omegon Advanced 150/750 EQ-320 est un instrument apprécié pour une entrée dans le monde passionnant qu’est l’astronomie de loisir. Il vous devient même possible, maintenant, grâce à un nouveau porte-oculaire de bonne taille, d’utiliser des oculaires de 2″. Pour des observations impressionnantes et des vues dans l’espace quasi-illimitées.

2" Okularauszug beim EQ-320 6"

Jusqu’à présent, les observateurs ne pouvaient utiliser que des oculaires et des accessoires de 1,25″ sur l’Advanced 150/750 EQ-320, mais avec le nouveau porte-oculaire Crayford de 2″ (brevet en instance), l’horizon s’agrandit littéralement. Cela ouvre la voie à l’utilisation de multiples oculaires et autres accessoires.

Les avantages dont peut se targuer le porte-oculaire

Les oculaires de 2″ disponibles dans notre boutique, vous permettent d’observer une section de ciel plus importante que ce que rendent possible des oculaires de 1,25″. Capturez, par exemple, des nébuleuses très étendues dans leur totalité ou profitez de champs d’étoiles de grande largeur, qui ne semblent jamais finir. Trouver des objets vous sera également bien plus facile. Tout compte fait, un porte-oculaire de 2 pouces est une aubaine pour les observateurs du ciel profond qui tiennent à pouvoir admirer le ciel comme à travers une fenêtre panoramique.

Que diriez-vous d’ajouter dès maintenant un oculaire 2″ aux oculaires standard 1,25″ compris dans la livraison ? L’oculaire Omegon SWA (super grand-angle) 32 mm, au coulant de 50,8 mm vous permettra, lors de l’observation du ciel profond, d’obtenir de fantastiques images et de vivre une expérience inoubliable.

Mécanique onctueuse pour une mise au point précise

Pour un télescope Newton de 150 mm, des porte-oculaires d’une telle taille sont plutôt exceptionnels. Cependant, notre département de développement a mis un point d’honneur à ce que les propriétaires de télescopes moyens et compacts puissent, eux aussi, tirer profit d’oculaires grand angle. Contrairement à ce qui est le cas avec un système de mise au point à crémaillère standard, le nouveau système de mise au point Crayford 2″, monté sur roulements à billes travaille sans le moindre jeu. Cela signifie que vous allez, maintenant, pouvoir régler la mise au point de votre objet avec une finesse surprenante et une extrême précision.

Les avantages de l’Advanced 150/750 EQ-320 :

  • Découvrez, grâce au miroir primaire parabolique, des objets parfaitement nets et clairs
  • Porte-oculaire Crayford 2″ (brevet en instance) pour oculaires de 1,25″ et 2″ : raccordez, quand vous en avez besoin, divers accessoires supplémentaires, ceux d’autres fabricants y compris
  • Monture équatoriale : vous pouvez, grâce à elle, suivre les objets célestes avec précision
  • Premiers pas sans embûches à la découverte du ciel : télescope complet avec deux oculaires
  • Réussir à trouver des objets et cela, plus facilement grâce à un viseur LED lumineux
  • Reconnaître les étoiles, les planètes et les nébuleuses à partir de maintenant – même si vous êtes encore un novice débutant

Le télescope Omegon Advanced 150/750 EQ-320 est disponible dès maintenant, avec un porte-oculaire de 2″.

OpenAstroTech : la monture à construire soi-même !

07.06.2021, Stefan Taube

Avec une monture photo, vous pouvez faire participer à la rotation du ciel nocturne un appareil photo équipé d’un objectif photo ou d’un petit télescope. Ainsi, les prises de vues de grandes zones du ciel nocturne, à longue exposition, sont possibles.

Le fabricant, OpenAstroTech, propose maintenant une variante de monture photo très fonctionnelle mais, en même temps, particulièrement bon marché : l’OpenAstroTracker est une monture à construire soi-même !

L’OpenAstroTracker avec appareil photo et autoguider en option

Construire une monture soi-même procure un vrai plaisir mais permet également d’apprendre : le principe du Do-it-Yourself vous permet également d’obtenir une monture GoTo performante et extrêmement bon marché à la fois !

Quelques caractéristiques :

  • GoTo : la monture est fournie avec une commande par ordinateur de grande valeur. L’électronique est compatible avec le logiciel courant pour l’astronomie.
  • Convient pour les reflex numériques (DSLR) d’une longueur totale maximum de 35 cm (boîtier avec objectif). Sans autoguider, la distance focale ne doit pas dépasser 200 millimètres.
  • Moteurs pas à pas d’une grande précession : précision de l’approche GoTo 1 minute d’arc environ, précision de suivi 25 secondes d’arc, précision avec autoguider 1 seconde d’arc

Ce dont vous avez besoin : une powerbank avec port USB pour 5 V/1 A.

L’OpenAstroTracker existe dans différentes variantes en fonction de la latitude du site d’observation. Nous vous ferons parvenir un kit vous permettant de construire la monture soit pour une latitude de 35° à 45°, soit pour une latitude de 45° à 55°.

Le kit de construction OpenAstroTracker

Ne vous souciez pas : les composants électroniques sont tous conçus pour être directement utilisés. Aucune soudure n’est nécessaire.

Un autoguider adapté, à construire lui aussi soi-même, bien entendu, est disponible en option : OpenAstroGuider V2

Infographie : les faits astro marquants de l’été 2021

04.06.2021, Marcus Schenk

Une éclipse solaire après six ans, les planètes majeures en opposition et les étoiles filantes d’août sans la moindre Lune.

Si vous n’observez pas les étoiles cet été, vous allez rater bien des choses. Pour avoir la certitude que cela ne vous arrive pas, nous vous proposons, dans le graphique du ciel « Infographie : les faits astro marquants de l’été 2021 », un éventail de tous les événements célestes importants : un coup d’œil suffit. Vous trouverez, après le graphique, un certain nombre d’explications relatives aux dits événements.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Juin

10/06 : Éclipse solaire partielle

La dernière éclipse solaire partielle que nous ayons pu observer en Europe date du 20 mars 2015. Ce jour-là, la Lune recouvrait le disque solaire jusqu’à un maximum de 80 %. Le 10 juin, aura lieu une nouvelle éclipse solaire ; elle apparaîtra annulaire au Groenland et dans le nord du Canada, mais ne sera visible que partiellement en Europe centrale. Avec une occultation de quelques pour cent seulement, elle ne sera, comparativement à d’autres, que peu spectaculaire. Plus la latitude nord à laquelle vous vous trouverez sera importante, plus le pourcentage d’éclipse sera élevé. Ainsi, à Munich, le limbe lunaire « grignotera » un maigre 6,3% du soleil, alors qu’à Hambourg ce sera déjà 17,3%. L’éclipse commence le matin à (en fonction le lieu exact où vous vous trouvez) 11h35 pour se terminer à 13h22. Attention : ne jamais observer le soleil sans un filtre solaire approprié ; nous vous en proposons dans notre boutique en ligne.

Degré d’occultation en fonction de nos adresses Astroshop :

Landsberg, Allemagne : 6,56%

Marseille, France : 2,7%

Malaga, Espagne : 1,3%

Varsovie, Pologne : 9,9%

Hasselt/Genk, Belgique : 14,9%

Aveiro, Portugal : 9%

Palerme, Italie : 0%

12/06 : La Lune rencontre Vénus

Peu après le coucher du soleil, le délicat croissant de Lune et Vénus la brillante apparaissent très bas à l’ouest. En haut à gauche, vous allez découvrir la planète Mars. Si vous observez avec des jumelles, un petit mouvement diagonal, en haut à gauche, fera apparaître l’amas d’étoiles la Ruche M44.

13/06 :  La Lune rencontre Mars

Aujourd’hui, la Lune grimpe plus haut et tient compagnie à la planète Mars, qu’elle croise à une distance de 1,8 degré. Dans des jumelles, elles assurent, à elles deux, un superbe spectacle.

27/06 :  Bootides de juin

La pluie de météores des Bootides de juin prend naissance dans la constellation du Bouvier. Le nombre de météores qui tombent du ciel est faible mais peut varier substantiellement d’une année à l’autre. Il fut des années où l’on n’observa pas le moindre météore, mais il y eut aussi d’autres occasions illuminées par une centaine de chutes à l’heure. Ces météores étant toujours une surprise, il vaut la peine de s’y intéresser de plus près.

27/06 :  La Lune rencontre Saturne

Si vous voulez pouvoir observer les grandes géantes gazeuses, il vous faudra, en juin, attendre jusqu’à minuit. Saturne réside actuellement dans la constellation du Capricorne (ou bouquetin), la chèvre alpine cornue qui, avant le lever du jour, escalade le méridien, autrement dit, le sommet du ciel. Aujourd’hui, la Lune passe tout près de Saturne, à une distance de 9 degrés environ.

29/06 :  La Lune rencontre Jupiter

Ce matin, sur son chemin le long de l’écliptique, la Lune passe à quelque 5 degrés sous Jupiter. Il est intéressant de noter les différences importantes de luminosité entre la Lune, Jupiter, Saturne et les étoiles les plus brillantes.

Juillet

08/07 :  La Lune rencontre Mercure

Dans les prochains jours, Mercure se laisse observer le matin très bas sur l’horizon. Si vous disposez d’une vue parfaitement dégagée de l’horizon, vous pourrez découvrir cette planète dans toute sa splendeur après 4 heures du matin, si tant est que le paysage en-dessous soit bien plan. 2,5 degrés plus haut, le fin croissant de Lune la rejoint. Dans deux jours, ce sera la nouvelle lune.

12/07 :  La Lune rencontre Vénus et Mars

Encore au crépuscule, juste avant que ne tombe la nuit, la Lune et les deux planètes Vénus et Mars offrent un spectacle fort attrayant. Le Lion en descente donne presque l’impression de vouloir se jeter sur les trois objets. Avec des jumelles, vous pouvez admirer les deux corps célestes dans un seul et même champ de vision. Il y a de bonnes perspectives de prendre une superbe photo au crépuscule, profitez-en.

18/07 :  Pluton en opposition

Pluton est une planète naine difficile à voir ; la découvrir constitue un défi pour des télescopes de grande taille. L’ancienne 9ème planète se vit dépouillée de sa dignité planétaire en 2006 ; notre enthousiasme pour cette sentinelle en avant-poste du système solaire n’en reste pas moins, bien entendu, intact. Si vous voulez vous y intéresser et la capter dans votre viseur, la période de son opposition est la meilleure occasion. Il est fortement recommandé d’utiliser les commandes de votre monture GoTo et une carte de recherche supplémentaire pour pouvoir la distinguer parmi les étoiles d’arrière-plan.

Coordonnées pour la commande GoTo (23:59 CEST) : AD : 19h49m59s, DEC : -22°38′

19/07 :  Baie des Arcs-en-ciel

Une baie des Arcs-en-ciel sur la Lune ? Elle existe vraiment, mais pendant une certaine phase de la Lune uniquement. Comme une anse de lumière, elle brise la nuit lunaire juste au-delà du terminateur. Nous observons la Mer des Pluies (Mare Imbrium) dans la région du cratère de la Baie des Arcs-en-ciel (Sinus Iridum) et des Montes Jura (chaîne de montagnes de la surface lunaire). Le soleil se lève ici, au terminateur. Mais tandis que le cratère se trouve encore dans l’obscurité, le soleil baigne de lumière les sommets circulaires de la chaîne des Montes Jura. Un anneau d’or dans l’obscurité. À voir de préférence entre 18h00 et 21h30 CEST.

20/07 :  La Lune rencontre Antarès

Ce soir, la Lune reste à l’est de l’étoile Antarès. Antarès est une supergéante rouge qui brille de mille feux dans le ciel nocturne. Avec son diamètre 700 fois supérieur à celui de notre Soleil elle engloutirait, si elle se trouvait à la place de notre propre étoile, plusieurs planètes, la Terre y comprise.

21/07 :  Vénus rencontre Régulus

Après le coucher du soleil, si vous avez une bonne visibilité de l’horizon, vous pourrez apercevoir Vénus au pied de la constellation du Lion. Dans son voisinage immédiat, vous trouverez l’étoile α (Alpha) Leonis, plus connue sous le nom de Régulus. Traduit, le nom de cette étoile signifie : « Petit roi » ou « Prince ». Si, maintenant, vous pensez au petit Simba et au Roi Lion, voire à Saint-Exupéry, vous avez probablement vos raisons.

24/07 :  La Lune rencontre Saturne

Avant même minuit, la constellation du Capricorne apparaît au-dessus de l’horizon. Elle est facilement identifiable de par sa forme de bol. Cette nuit-là, la Lune se faufile sous Saturne une distance de 4,6 degrés. Si, avec des jumelles, vous visez Saturne vous ne manquerez pas de voir, à gauche, une étoile brillante de magnitude 5,8.

25/07 :  La Lune rencontre Jupiter

Un jour après avoir rencontré Saturne, la Lune flirte avec Jupiter dans la constellation du Verseau. Cette nuit, les deux corps célestes sont séparés de 5,5 degrés. Le mois prochain, les deux géantes gazeuses seront en opposition avec le Soleil.

28/07 :  δ Aquarides

Les δ (delta) Aquarides sont une pluie d’étoiles filantes dont le radian se trouve dans le Verseau. Cependant, avec environ 25 météores par heure, elle est loin d’atteindre le niveau des étoiles filantes du mois d’août. La phase de la Lune étant très élevée, seule la courte période précédant le lever de la Lune est propice à l’observation.

Août

01/08 :  Ganymède, lune de Jupiter, occulte Europe

Si vous regardez dans un télescope après le lever de Jupiter, vous remarquerez les deux lunes de Jupiter, Europe et Ganymède. Elles sont en effet proches l’une de l’autre, telles des étoiles doubles. À 00:00 CEST, Ganymède occulte Europe, un peu plus petite, partiellement seulement cependant. Vers 02:00 CEST, les deux lunes repartent chacune de leur côté.

02/08 :  Saturne en opposition

En raison de la position basse de l’écliptique, ces dernières années, Saturne est restée bas au-dessus de l’horizon. En 2019, elle a atteint une hauteur de l’ordre de 20 degrés. Cette année, nous pouvons l’observer, pendant son opposition, à une hauteur de 24 degrés. Cependant, Saturne continue de poursuivre son ascension au cours des années à venir. Ceci présente un avantage : en effet, plus la position au-dessus de l’horizon est élevée, moins nous serons gênés par les turbulences atmosphériques.

Le 2 août, cette planète atteint son opposition et brille dans le ciel à une magnitude de 0,1. Elle rivalise ainsi avec les étoiles les plus brillantes. On la reconnaît à sa teinte jaunâtre et à son éclat stable. Son ouverture d’anneau est de 18 degrés et nous observons le système d’anneaux depuis le nord, où nous pouvons facilement identifier la division de Cassini.

11/08 :  La Lune rencontre Vénus

Il vaut la peine de jeter un coup d’œil au crépuscule : Vénus brille au ras de l’horizon à l’ouest et le fin croissant de la Lune se cale juste au-dessus.

12/08 :  Les Perséides

Attendez-vous à voir les plus belles étoiles filantes de l’année. Cette année, nous pourrons admirer les Perséides dans toute leur splendeur car, pendant que nous les observons, ce sera la nouvelle lune et donc un ciel sombre la nuit durant. Dans la matinée du 12 août, le flux de météores atteint son paroxysme. À ce moment-là ce sont jusqu’à 100 étoiles filantes par heure qui viennent à la rencontre de notre vieille Terre, traversant notre atmosphère à une vitesse de plus ou moins 216 000 km/h.

La meilleure période d’observation va de 22 heures à 4 heures du matin.

18/08:  Mars rencontre Mercure

Une rencontre extrêmement serrée, réservée aux observateurs expérimentés : au crépuscule du 18 août, Mars et Mercure se rencontrent mais cela à 3 degrés environ au-dessus de l’horizon. Le soleil vient juste de passer sous l’horizon à ce moment-là.

20/08:  Jupiter en opposition

Dès le crépuscule, vous pouvez voir Jupiter se lever en rase-mottes à l’est, avec une magnitude de -2,8, un objet brillant difficile à rater. Mais le ciel du soir a bien plus à offrir en termes d’objets remarquables : la Lune et Saturne sont très proches, et la brillante Vénus se trouve juste au-dessus de l’horizon ouest.

Mais aujourd’hui, l’attention se porte sur Jupiter, car cette planète est en opposition avec le Soleil et peut être admirée toute la nuit. Ce sont, à ce moment-là, pas moins de 600 millions de kilomètres qui la séparent de la Terre de sorte que sa lumière met un peu plus d’une demi-heure pour nous parvenir. Le diamètre apparent est de 49″, elle passe le méridien à 01h14 CEST et présente la visibilité la meilleure en atteignant sa position la plus haute.

Télescopes Dobson avec PushTo de Taurus

29.03.2021, Stefan Taube

Le fabricant polonais de télescopes Taurus propose, pour ses télescopes Dobson, des bagues graduées numériques (DSC)  de mise à niveau. Avec cet accessoire, le télescope dispose toujours d’informations relatives à la position de ses deux axes. Désormais, lorsque vous connectez votre smartphone au télescope, vous pouvez voir, sur une application de planétarium, quelle région du ciel vise le télescope.

Taurus Dobson mit DSC-System

Dobson Taurus avec système DSC

Bien sûr, l’utilisation inverse est plus intéressante : sélectionnez un objet intéressant dans l’application planétarium et laissez le smartphone vous afficher comment déplacer le télescope pour observer cet objet dans l’oculaire. On connaît également cette approche pratique sous le nom de PushTo. Vous trouverez tous les télescopes PushTo ici dans la boutique.

Taurus Bluetooth & WiFi PushTo DSC System

Le système DSC Bluetooth & WiFi en détail

Mettre à niveau votre télescope Taurus avec le DSC est possible à tout moment. Mais nous proposons également tous les modèles avec DSC préinstallé sous le lien suivant : télescopes Dobson de Taurus avec PushTo.

En plus des codeurs DSC, Taurus propose deux autres options de mise à niveau :

Ces accessoires sont également livrables préinstallés, de sorte que vous n’avez rien à faire vous-même.

Pour ne pas perdre le fil de l’immense sélection de télescopes Dobson de Taurus, il vous est déjà possible d’identifier les accessoires préinstallés par le nom même du produit :

  • Les télescopes dont le nom comporte l’acronyme SMH sont équipés d’un chauffage du miroir secondaire (SMH = Secondary Mirror Heating).
  • Les télescopes comportant un DSC (abréviation de Digital Setting Circles = bagues graduées numériques) dans leur désignation sont compatibles avec PushTo.
  • Si le nom du produit comporte un CF, le miroir primaire est équipé d’un ventilateur (CF = Cooling Fan).

Par exemple, le Taurus Dobson N 504/2150 T500 Professional SMH DSC CF est équipé d’un chauffage du miroir secondaire, de bagues graduées numériques et d’un ventilateur du miroir principal.

Nous sommes heureux de vous aider à faire le bon choix de votre télescope Dobson de Taurus. Ce qu’il vous faut encore, c’est un peu de patience, car votre Dobson ne sera fabriqué par le manufacturier Taurus qu’à réception de votre commande ‒ il ne s’agit pas d’un télescope issu d’une chaîne de montage.

26.09.2021
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go