Panier
vide
S'abonner à RSS Feed ou ATOM Feed

Images de la comète C/2020 F3 NEOWISE : différentes prises de vue réalisées par nos collègues [galerie de photos]

20.07.2020, Marcus Schenk

Chez Astroshop.de, nous foisonnons d’astronomes amateurs et d’autres individus qui depuis de nombreuses années, observent le ciel avec un enthousiasme débordant. Et comme vous pouvez vous en douter, les comètes étaient au cœur des conversations lors de la pause déjeuner, entre la soupe tomate et les tortellinis. Au printemps, nous pensions pouvoir admirer une magnifique comète aux mille éclats, mais toutes ces voyageuses n’ont eu de cesse de décevoir nos espoirs. D’où notre joie sans borne, lorsque la comète C/2020 F3 (NEOWISE) a été découverte en mars.

Visible uniquement dans le ciel du sud, elle a progressivement rejoint l’hémisphère nord. Au début du mois de juillet, elle se trouvait encore juste au-dessus de l’horizon et n’était observable que tôt le matin. Il est à présent possible de l’apercevoir en fin de soirée et le matin à partir de 3 heures, environ au-dessus de l’horizon nord. Elle est tellement lumineuse qu’on peut la distinguer à l’œil nu en ville.

Certains vont jusqu’à la comparer avec la comète Hyakutake, qui avait furtivement traversé le ciel en 1996 avec sa longue trainée lumineuse. En effet, nous n’avons pas connu de comète aussi spectaculaire depuis Hyakutake et Hale-Bopp.

Découvrez les prises de vue de la comète réalisées par nos collègues ces derniers jours dans la galerie de photographies ci-dessous :

Komet Neowise Michele Russo

Auteur de l’image : Michele Russo

 

Komet Neowise von Uli Zehndbauer

Auteur de l’image : Uli Zehndbauer, Sony RX-100 Mk I, 10s ISO 800 photo réalisée en une prise et sans suivi. 10 juillet 2020, 3h15, lieu : Kalvarienberg (Mont du calvaire), Karlskron/Pobenhausen

 

Auteur de l’image : Frank Gasparini, capture réalisée en une prise 400 ASA, 4 sec, 70 mm avec Pentax K3

 

Auteur de l’image : Marcus Schenk, réalisée avec un Sony Alpha 7s plein format, 70 mm, f/5,6, 3,1 secondes, 3h41.

 

Auteur de l’image : Michal Baczek, télescope : SW 120/600 sur une monture Meade LX85. Appareil photo Nikon D3200, durée 1x30s

 

Auteur de l’image : Carlos Malagon, Omegon ED80 avec réducteur, appareil photo Canon 350D, empilement 30×20 secondes.

 

Auteur de l’image : Joao Martins, appareil photo Sony A7 III, Sigma 50mm, f/5,0, 15 secondes, Pateira de Fermentelos, Portugal

 

Si vous souhaitez observer vous-même la comète, consultez notre graphique du ciel que vous trouverez dans notre article C/2020 F3 (NEOWISE) : une nouvelle comète sous les projecteurs ?

Nous vous souhaitons de passer des moments inoubliables à observer le ciel !

PS : vous êtes à la recherche de jumelles pour observer la comète ? Voici nos recommandations inédites en la matière.

A découvrir dès aujourd’hui : masques en tissu aux jolis motifs astronomiques

08.07.2020, Marcus Schenk

Que vous vous rendiez au supermarché, à la librairie ou à l’observatoire astronomique public, le port du masque est obligatoire partout. Alors autant en choisir un qui vous plaise. Un jeu d’enfant avec les nouveaux masques aux motifs astronomiques, dont de magnifiques images des Pléiades et de la couronne solaire lors d’une éclipse. Le port du masque correspond ainsi davantage à votre profil d’astronome amateur et de fan du cosmos.

Un élargissement hors pair de la gamme de masques en tissu Masketo, qui n’étaient disponibles qu’en noir, blanc et dans différentes tailles – enfant y compris -, ou avec le motif Couronne boréale.

La couronne solaire : le Soleil est l’une des sources de la vie sur Terre. Il ne s’agit que d’une étoile de taille moyenne située en marge de la galaxie, mais pour les êtres humains que nous sommes, elle est d’une importance capitale, à l’instar de notre Planète. Le masque montre une éclipse solaire totale, qui se produit lorsque la Lune s’intercale entre la Terre et le Soleil. Du fait de cette coïncidence inouïe, la Lune et le Soleil apparaissent de la même taille, ce qui nous permet d’admirer la couronne solaire telle qu’elle figure sur le masque.

Maske mit Sonnencorona

Couronne solaire

Les Pléiades : les Sept Sœurs étaient déjà connues au temps de la Préhistoire, ce qui explique pourquoi on découvrit une peinture rupestre âgée de 17 000 ans, ainsi qu’une représentation sur le disque céleste de Nebra à leur effigie dans une grotte. Considérées par certains comme le « petit chariot », elles constituent l’amas ouvert d’étoiles le plus célèbre du ciel. Distant de 400 années-lumière de la Terre seulement, ce dernier est constitué d’étoiles bleutées de masse élevée âgées de 100 millions d’années seulement.

Plejaden auf der Maske

Les Pléiades

Motif estival : si vous souhaitez arborer une touche d’été sur votre visage, optez pour ce masque aux jolis palmiers sur un ton frais de turquoise.

Maske mit Sommermotiv

Motif estival

Tous les masques de Masketo sont des masques d’appoint, qui peuvent contribuer à réduire la propagation de gouttelettes dans la crise du coronavirus.

Les avantages :

  • Masque facial à motif
  • Pourvu d’élastiques
  • Doublé et doté d’une barrette pour le nez
  • Intérieur 100% coton et extérieur 100% Polyester
  • Lavable en machine à 60°C
  • Fabriqué en Europe

Remarque : ces masques sont destinés à réduire le risque de contamination de l’environnement extérieur par projection de gouttelettes. Il ne s’agit pas d’un dispositif médical au sens de la Loi allemande sur les dispositifs médicaux (MPG) ni d’un équipement de protection individuelle (EPI).

A la pointe de la mode au planétarium ou dans votre club d’astronomie : commandez votre masque étoilé en tissu dès aujourd’hui.

Les géantes gazeuses en opposition

07.07.2020, Jan Ströher

En juillet, profitez de la clarté des nuits estivales pour observer les grandes planètes gazeuses que sont Jupiter et Saturne ! Car les deux corps célestes seront en opposition avec le Soleil en milieu de mois. Ainsi, les habitants d’Europe centrale que nous sommes pourront bénéficier de conditions idéales, puisque les deux planètes atteindront leur magnitude apparente la plus élevée, ainsi que leur point culminant au-dessus de l’horizon.

En temps normal, les planètes sont malheureusement très proches de l’horizon, avec pour conséquence une diminution de la qualité visuelle induite par des perturbations atmosphériques (phénomène appelé « Seeing »). En outre, cette proximité avec l’horizon se traduit généralement par un champ visuel réduit à cause de la présence d’immeubles, de montagnes ou d’arbres. Vous avez la possibilité de compenser ces turbulences atmosphériques grâce à un CDA (Correcteur de Dispersion Atmosphérique).

Lors de l’opposition, les deux planètes se trouvent au Sud dans la constellation du Sagittaire, à quelque 21° au-dessus de l‘horizon, ce qui facilite considérablement leur observation. Grâce à leur magnitude apparente, qui devient alors maximale, il est aisé de trouver les deux géantes. On peut alors s’aider d’une carte du ciel pour se repérer.

Stellarium

A ce propos, les géantes gazeuses constituent également de formidables objets d’observation pour les astronomes débutants ou les enfants aidés de leurs parents !

Jupiter atteint alors une magnitude de -2,7mag, contre près de +0,1 pour Saturne. Par ailleurs, les géantes se rapprochent dans le ciel à un angle pouvant atteindre environ 7°. Ainsi, même lorsque les nuits sont courtes, il est possible de les observer toutes les deux pendant un bon moment. Pour ce qui est de Jupiter, même de petits télescopes permettent d’identifier les quatre lunes galiléennes que sont Europe, Ganymède, Io et Callisto, ainsi que les deux principales bandes nuageuses de la planète. Pour augmenter le contraste et mieux distinguer les couches gazeuses, on utilise habituellement un filtre prévu à cet effet, tel qu’un filtre polarisant ou coloré.

Jupiter en mars 2015 (photo : Bernd Gährken, Munich en mars 2015 avec un C11)

Saturne, beaucoup plus éloignée, nous dévoile son impressionnant système d’anneaux, la division de Cassini, et les quatre à cinq plus grandes de ses 82 lunes au total.

Cliquez sur ce lien pour obtenir de plus amples informations sur les possibilités d’utilisation des filtres.

Saturne, entouré des lunes Encelade, Téthys, Dioné, Rhéa et Titan (photo : James Bates, Berlin, août 2019, C8, 2x Barlow, ADC, filtres anti-UV et anti-IR, ZWO ASI 224MC)

La date exacte de l’opposition sera le 14 juillet pour Jupiter, et le 20 juillet pour Saturne. En règle générale, les mois de juillet et d’août sont idéaux pour observer le ciel, ainsi que la période qui précède ou suit immédiatement la date de l’opposition.

Si vous n’êtes pas encore lassé par l’observation des planètes, ne manquez pas le début de l’opposition de Mars en septembre. Même si la distance qui nous sépare de la planète rouge est bien moindre, sa taille est largement plus modeste que celle des géantes Jupiter et Saturne…

Et pour célébrer l’été comme il se doit, vous pouvez adopter la tenue ad hoc en dévoilant votre passion des planètes.

Nous vous souhaitons de profiter d’un ciel clair, et de vivre des moments inoubliables à observer l’Univers !

C/2020 F3 (NEOWISE) : une nouvelle comète sous les projecteurs ?

06.07.2020, Marcus Schenk

Va-t-elle occuper le devant de la scène céleste ? Ou disparaître discrètement par la petite porte ? Une comète prometteuse est à nouveau en chemin dans le système solaire. Mais que nous réserve C/2020 F3 (NEOWISE) ? Les estimations la concernant nous tiennent en haleine …

Komet F3 NEOWISE

Comet C/2020 F3 (NEOWISE)

Tout a commencé au printemps avec la comète Y4 ATLAS : la rumeur ne tarda pas à l’ériger au rang de Grande Comète 2020, car elle décrivait une orbite similaire à celle de la Grande Comète de 1844. A ce moment-là, elle atteignait encore une brillance non négligeable de magnitude 1. La comète Y4 ATLAS a donc fait naître de beaux espoirs, avant de se désintégrer soudainement. C’est sous forme de débris qu’elle a continué à fuser à travers le cosmos, et le grand événement n’a pas eu lieu. Nous avons également pu parfois observer la comète C/2017 C2 (Panstarrs), qui est cependant restée en deçà des attentes.

La perspective réjouissante d’une autre comète brillante C/2020 F3 (NEOWISE)

Heureusement, l’Univers n’est jamais à court de surprises : la nouvelle comète C/2020 F3 (NEOWISE) a été découverte le 27 mars par le télescope spatial NEOWISE sous forme de « luciole » de faible brillance (magnitude 17). Les talentueux dénicheurs de comète parmi la communauté scientifique lui prédisent désormais un brillant avenir. On murmure à huit-clos qu’elle pourrait même atteindre une luminosité de magnitude 0,6. Quoi ? Impossible. Et pourtant si ! Mais ne le répétez pas trop fort.

Ce graphique montre la trajectoire de la comète C/2020 F3 (NEOWISE)

Où se situe la comète et comment l’observer ?

Soyez bien attentif si vous ne souhaitez pas passer à côté des informations essentielles
Actuellement, la comète NEOWISE se trouve toujours dans l’hémisphère céleste sud : elle est cependant en train de migrer lentement vers le ciel étoilé du nord et s’élève chaque jour un peu plus. A partir du 15 juillet, on pourra l’admirer dans le ciel du soir (à partir de 22h30) à 15 degrés au-dessus de l’horizon nord-ouest. Malheureusement, il ne sera pas possible de l’observer toute la nuit, car elle sera proche du Soleil. Les jours suivants, elle se déplacera dans la constellation du Lynx (assez peu perceptible) en direction de la patte avant de la Grande Ourse. Vous ne disposez que d’un temps limité après le crépuscule, mais le spectacle en vaut la peine.

Télescope, jumelles ou œil nu ?

Si les experts ont vu juste, NEOWISE atteindra une luminosité de magnitude 0,6 le 5 juillet lorsqu’elle approchera de son périhélie. Le 15 juillet, elle devrait cependant encore briller d’un puissant éclat de magnitude 2 dans le ciel. Les télescopes ou jumelles de toutes les sortes possibles, voire une simple paire d’yeux, feront alors l’affaire.

A la mi-juillet, elle n’aura pas encore atteint sa destination finale : au cours du mois, elle continuera à côtoyer les pattes de la Grande Ourse avant de rejoindre la magnifique Chevelure de Bérénice le 1er août. Pendant cette période, sa luminosité diminue légèrement : elle chutera pour atteindre magnitude 3 le 20 juillet et magnitude 5,5 le 1er août. Elle ne perdra pas pour autant tout son charme. En effet, le ciel sera alors plus sombre et elle pourrait gagner plus de 10 degrés de hauteur.

Pourra-t-on un jour échapper à ce cycle infernal des comètes sans éclat ? C’est ce qu’il faut observer de près. Nous vous souhaitons de suivre ces évolutions avec joie et enthousiasme.

Vous pouvez télécharger le graphique sous forme de PDF en cliquant sur le lien suivant : Aufsuchkarte_C:2020 F3 NEOWISE.

Nouveau : télescopes StarSense Explorer de Celestron

01.07.2020, Stefan Taube

L’idée de commander un télescope avec le smartphone n’est pas nouvelle. Avec la série StarSense Explorer, Celestron propose une nouvelle variante qui devrait être particulièrement intéressante pour les débutants.

Une particularité des  télescopes StarSense Explorer réside dans le fait qu’il n’y a pas lieu d’établir une connexion WLAN entre le télescope et le smartphone. L’application StarSense Explorer, gratuite, s’oriente directement sur le ciel nocturne, via l’appareil photo du smartphone et un astucieux système de miroir.

Celestron StarSense Explorer DX

Celestron StarSense Explorer DX

Voici comment il fonctionne : il vous suffit d’installer l’application StarSense Explorer gratuite et d’insérer votre smartphone dans le support spécial du télescope. L’application utilise les données de localisation de votre smartphone pour déterminer le lieu d’observation ; la date et l’heure du moment n’ont pas non plus à être saisies.

L’application StarSense Explorer utilise un algorithme (LISA) Lost in Space spécial qui est également utilisé sur les satellites spatiaux pour l’orientation. Les motifs d’étoiles photographiés par l’appareil photo du smartphone sont alors comparés avec la banque de données interne. Ces calculs sont combinés aux informations obtenues du gyroscope et de l’accéléromètre du smartphone. Le tout conduit à une très grande précision qu’aucune autre application de planétarium ne peut atteindre ! Ainsi navigue-t-on dans la nuit en toute sécurité, même si l’on ne possède pas de connaissances préliminaires !

In drei Schritten zum Erfolg

Il vous suffit d’insérer le smartphone, de lancer l’application et, déjà, vous pouvez commencer à observer.

L’application StarSense Explorer vous propose des objets d’observation qui valent la peine, pour la présente nuit et pour l’endroit où vous vous trouvez. Mais vous pouvez également, avec la vue du planétarium, pivoter sur des objets intéressants et vous les faire identifier.

Les  télescopes StarSense Explorer sont livrés avec une monture azimutale. Vous pouvez ainsi déplacer le télescope facilement en site et en azimut. Deux axes, munis de grandes poignées, permettent le réglage de précision et le suivi. Les télescopes ne sont donc pas équipés d’un moteur mais ils font partie de la classe des télescopes PushTo.

Par ailleurs, vous pouvez bien sûr parfaitement utiliser votre télescope StarSense Explorer sans smartphone, par exemple pour un regard rapide sur la Lune que vous devriez trouver sans aucune assistance électronique.

Masque facial à fabriquer gratuitement à partir d’une imprimante 3D : instructions pour un masque fait maison

02.06.2020, Marcus Schenk

Le port du masque obligatoire dans les espaces publics fait désormais partie de notre quotidien à tous. C’est la raison pour laquelle nous avons conçu un tutoriel inédit à destination de tous les utilisateurs d’une imprimante 3D.

A partir de notre fichier d’impression 3D à télécharger gratuitement et de simples morceaux de tissu, vous pouvez fabriquez votre propre masque d’appoint en un tour de main.

Une fois le prototype imprimé, vous n’aurez besoin que de quelques minutes pour confectionner votre masque.

Die selbstgebastelte Mund- und Nasenmaske

Comment procéder ?

En temps normal, notre service de R&D met au point de nouveaux produits et télescopes pour la marque Omegon. Mais en cette époque de crise sanitaire, nous sommes amenés à nous réinventer. Nos spécialistes du développement ont donc créé un dispositif de fixation qui vous permet de concevoir un masque facial résistant à partir de tissu à usage ménager.

Mais comment s’y prendre ? Vous fixez deux des quatre pièces fabriquées avec l’imprimante 3D sur le bord du tissu. Même lorsque l’on tire dessus avec force, le papier ne se déchire pas et ne subit pas de déformation. Vous pouvez attacher un élastique sur les clips et vous voilà équipé d’un tout nouveau masque.

Manière de procéder :

  1. Cliquez sur Télécharger les fichiers Holders.stl et Top.stl et sauvegardez le fichier sur une carte compatible avec votre imprimante 3D.

Télécharger la pièce inférieure

Télécharger la pièce supérieure

  1. Placez 1x Holders.stl et 2x Top.stl dans l’espace de travail et lancez l’impression 3D
  2. Au bout de 3 heures, vous vous retrouvez avec les pièces suivantes :
Holder für die Mund- und Nasenmaske aus dem 3D-Drucker

Deux pièces inférieures avec leurs picots

Gegenstück für die Mund- und Nasenmaske aus dem 3D-Drucker

Une des deux pièces supérieures, à clipser dans la pièce inférieure avec le papier inséré.

 

 

Etapes à suivre pour l’assemblage du masque :

  1. Procurez-vous un mouchoir en papier ainsi que deux essuie-tout. Vérifiez la qualité de l’essuie-tout : il doit être suffisamment épais et dense pour ne pas se détremper. Disposez un essuie-tout devant vous et placez-en un second sur le premier en le faisant pivoter à 90°. Puis disposez le mouchoir en papier déplié au-dessus.

  1. Découpez les deux essuie-tout aux dimensions du mouchoir.
  2. Servez-vous des lignes du mouchoir pour former trois plis accordéon, afin de donner au masque sa future forme caractéristique. Pincez les extrémités du tissu (comme sur la photo) afin de former un pli vers le haut. Répétez l’opération pour les autres plis.

  1. Les plis doivent être ordonnés comme sur cette photo :

  1. Equipez-vous d’une perforatrice de bureau standard et poinçonnez le masque sur les côtés droit et gauche.

  1. Procurez-vous un élastique et découpez deux bandes d’environ 20 centimètres de long. Les pièces inférieures disposent d’un petit trou sur une des extrémités et d’une fente biseautée sur l’autre qui permettent d’attacher l’élastique. Nouez l’une des extrémités de l’élastique, faites passer l’autre extrémité dans le petit trou et tirez sur l’élastique jusqu’à ce qu’il soit bloqué par le nœud. Insérez le bout de l’élastique non noué dans la fente et serrez fermement. Faites de même avec l’autre élastique.
  2. Placez ensuite le masque pré-perforé dans les picots des pièces inférieures prévus à cet effet et fixez le masque avec les pièces supérieures. Appuyez fermement sur l’ensemble, en faisant rentrer les picots dans les couches de papier par pression.

 

  1. Votre masque est prêt ! Vous pouvez le porter comme indiqué sur la photo.

N’oubliez pas qu’il ne s’agit que d’un masque d’appoint et que vous devez remplacer le papier après utilisation. Vous pouvez néanmoins réutiliser les pièces en plastique que vous avez réalisées avec votre imprimante 3D.

Remarque : ces masques sont destinés à réduire le risque de contamination de l’environnement extérieur par projection de gouttelettes. Il ne s’agit pas d’un dispositif médical au sens de la Loi allemande sur les dispositifs médicaux (MPG) ni d’un équipement de protection individuelle (EPI).

Bonne impression et bon bricolage.

Les faits astro marquants de l’été 2020

27.05.2020, Marcus Schenk

Comètes lumineuses, étoiles filantes spectaculaires au mois d’août et de nombreuses planètes en opposition : le ciel estival de 2020 nous promet son lot de réjouissances astronomiques.

Deux comètes dignes d’intérêt peuvent être observées dès le mois de juin : C/2020 F8 SWAN et C/2017 T2 PanSTARRS. La première migre progressivement du ciel de l’hémisphère sud vers celui de l’hémisphère nord, tandis que la deuxième est un objet circumpolaire qui brille très haut dans le ciel. Ne manquez pas T2 PanSTARRS au télescope : elle peut être observée à un endroit idéal, juste à côté d’une célèbre étoile. Consultez le texte qui suit pour en savoir plus.

Nous vous souhaitons de passer des heures inoubliables à observer le ciel.

Juin

1er juin : la comète SWAN

Le printemps 2020 a compté un grand nombre de comètes, parmi lesquelles C/2020 F8 SWAN, de forte brillance, constitue l’une des plus extraordinaires voyageuses. Ayant séjourné dans l’hémisphère sud au printemps, elle n’est montée sur l’horizon qu’à la fin du mois de mai et est désormais également visible dans le ciel du Nord.

4 juin : élongation maximale de Mercure à l’est

Mercure atteint son élongation maximale à l’est, qui s’établit à 23 degrés dans cette constellation. On peut l’observer au crépuscule, juste au-dessus de l’horizon nord-ouest. Si vous la contemplez à travers un télescope, vous l’apercevrez presque à demi éclairée.

5 juin : éclipse lunaire pénombrale

Ce soir-là, la Lune traverse la pénombre de la Terre sur la moitié de sa surface environ. Si cet événement appelé « éclipse pénombrale » est intéressant d’un point de vue astronomique, son observation visuelle n’a rien de spectaculaire, car la Lune ne s’assombrit que dans une moindre mesure. Il n’est pas possible d’assister à la phase initiale à 19h45 HEEC (17h45 TU), car la Lune se trouve encore sous l’horizon. A 21h24 HEEC, l’obscurcissement est maximal et on peut l’apercevoir juste au-dessus de l’horizon sud-est. Il est alors possible de suivre la trajectoire de la Lune jusqu’à ce qu’elle quitte à nouveau la pénombre à 23h04 HEEC.

5 juin : la comète PanStarrs

Autre comète intéressante assurément jolie à photographier : C/2017 T2 PanSTARRS. Découverte le 1er octobre 2017, elle continue à faire le tour du soleil en suivant une trajectoire parabolique.

Sa magnitude est actuellement de 8 et elle peut être observée à l’aide de petits télescopes et de grandes jumelles. Le 5 juin, elle se situe à 1 degré de distance de Dubhé, étoile brillante de la Grande Ourse. Vous pouvez donc la repérer très facilement à l’aide de n’importe quel télescope muni d’un oculaire grand angle ou de grandes jumelles.

9 juin : la Lune rencontre Jupiter et Saturne

Un spectacle d’une rare beauté : au début de la deuxième partie de la nuit, la Lune, Jupiter et Saturne s’élèvent ensemble sur l’horizon sud-est. Les deux planètes ne sont séparées de notre satellite que de 3 et 4 degrés : à toutes les trois, elles forment un magnifique trio. A droite se trouve la constellation du Sagittaire avec ses objets estivaux du ciel profond, et sur la gauche, le Capricorne.

13 juin : la Lune rencontre Mars

A partir de 3h HEEC (1h TU) environ, nous assistons à la rencontre entre Mars et la Lune à une altitude de seulement 10 degrés au-dessus de l’horizon. Un spectacle qui vaut le détour : mais qui est ce mystérieux visiteur ? La planète Neptune, à peine visible, se joint à eux. On peut l’apercevoir avec des jumelles à moins de 1,5 degré au-dessus de Mars.

19 juin : la Lune occulte Vénus

Une scène rarissime : la Lune vient se placer devant Vénus pour la recouvrir. Cet événement se produisant le jour, est-il possible de l’observer ? La réponse est oui, mais plutôt si vous êtes un astronome averti. A 9h55 HEEC (7h55 TU), la Lune, sous la forme d’un mince croissant, vient se placer devant Vénus. Attention : le soleil est à environ 20 degrés à l’est ! Ne regardez jamais le soleil directement ou avec un instrument optique.

27 juin : les Bootides de juin

La pluie de météores qui forme les Bootides de juin prend naissance dans la constellation du Bouvier. Le nombre de météorites qui tombent sur notre planète est faible et aléatoire. Certaines années, aucun météore n’a pu être observé dans le ciel, tandis que d’autres fois, on a pu en recenser plus de 100 par heure. Comme le suspense est toujours à son comble avec ces corps cosmiques, il vaut la peine de scruter attentivement l’atmosphère.

Juillet

5 juillet : la Lune rencontre Jupiter et Saturne

Aux derniers rayons du crépuscule, les deux grandes planètes Jupiter et Saturne font leur apparition au sud-est, et attirent le regard avec leur magnitude de -2,7 et 0,1. Ce soir-là, une Lune extrêmement claire les rejoint, car hier encore, c’était la pleine lune.

8 juillet : éclat vénusien maximal

Vénus se trouve actuellement dans la constellation du Taureau ou dans l’amas des Hyades. Bien que seul 30% de sa surface soit éclairée, elle atteint une magnitude de -4,4, soit sa brillance maximale de l’année.

12 juillet : la Lune rencontre Mars

Ce jour-là, Mars et la Lune se rencontrent à une distance d’environ 2,5 degrés. Elles sont toutes deux situées dans la constellation de la Baleine, à la limite de celle des Poissons, et se lèvent après minuit. A l’aube, elles se trouvent à 30 degrés au-dessus de l’horizon, sans toutefois atteindre leur méridien car il y a longtemps que le lever du Soleil a eu lieu.

12 juillet : Vénus rencontre Aldébaran

Le passage d’une planète brillante devant une étoile brillante a quelque chose de fascinant. De tels événements s’observent facilement et sont absolument somptueux. Le 12 juillet, Vénus croise l’étoile brillante Aldébaran à une distance de 0,5 degré seulement dans la constellation du Taureau. Il s’agirait du plus grand rapprochement entre une planète et Aldébaran de ce siècle.

14 juillet : opposition de Jupiter

Jupiter se lève au sud-est dès le crépuscule et se distingue par son éclat remarquable. Ce jour-là, elle est à l’opposé du Soleil et peut être admirée toute la nuit. 619 millions de kilomètres la sépare désormais de la Terre et la lumière a besoin d’un peu plus d’une demi-heure pour atteindre notre planète. Son diamètre apparent est de 47 secondes d’arc, son passage au méridien a lieu à 1h25 HEEC (23h25 TU), c’est donc à cette heure-là que sa visibilité est la meilleure.

16 juillet : opposition de Pluton

Celle qu’on nommait autrefois planète et qui a été reléguée au rang de planète naine, est en opposition et atteint une magnitude de 14,2. Sa localisation au télescope n’est pas évidente et ne peut être réalisée qu’à l’aide d’un graphique de localisation détaillé. Ces jours-ci, Pluton se trouve entre Saturne et Jupiter, dont elle est séparée de seulement 2 degrés à l’ouest (à gauche, correspond au cercle médian du Telrad).

17 juillet : la Lune rencontre Vénus

Un spectacle enchanteur dans le ciel du matin : ce jour-là, Vénus croise le mince croissant lunaire âgé de presque 26 jours dans la constellation du Taureau, près de l’’étoile Aldébaran.

21 juillet : opposition de Saturne

Juillet est le mois des oppositions, avec Saturne au programme du jour. Sa magnitude de 0,1 est largement plus faible que celle de sa prestigieuse voisine Jupiter. Mais son magnifique anneau, dont la vue en plan nous permet d’admirer l’ouverture exceptionnelle, la rend néanmoins particulièrement intéressante.

22 juillet : élongation maximale de Mercure à l’ouest

Si l’élongation de Mercure était orientale en juin, la planète atteint désormais sa plus grande élongation à l’ouest. Ce qui signifie qu’elle apparaît à présent dans le ciel du matin, car elle se lève avant le soleil. A partir de 4h30 HEEC (2h30 TU), vous devriez pouvoir l’apercevoir à environ 3 degrés au-dessus de l’horizon. A cette heure, le Soleil se trouve à 8 degrés sous l’horizon.

28 juillet : les Delta aquarides

Les Delta aquarides constituent le dernier rendez-vous du mois. Il s’agit d’étoiles filantes qui semblent provenir de la constellation du Verseau. Elles défilent au nombre de 25 par heure maximum. Le meilleur moment pour les observer se situe après minuit, alors que le coucher de Lune a déjà eu lieu.

Août

1er août : la Lune rencontre Jupiter

Ce jour-là, la Lune, âgée 12 jours et quasi pleine, rencontre Jupiter.

9 août : la Lune rencontre Mars

Ce matin-là, la Lune s’approche de la planète Mars pour atteindre 2,75 degrés de distance. Alors que Mars se trouve dans la constellation des Poissons, il faudra attendre le lendemain que pour la Lune rejoigne les Poissons depuis la Baleine.

12 août : Perséides

Le rendez-vous incontournable du mois d’août : la pluie d’étoiles filantes des Perséides. Cette nuit-là, il est possible d’apercevoir jusqu’à 100 météores par heure. A condition que l’éclat de la Lune ne gêne pas. Cette année, seule la première partie de la nuit nous permet de ne pas être gênés par la Lune. Vers 0h30 HEEC (22h30 TU), elle se lève sur l’horizon, la luminosité augmente et les Perséides de faible éclat disparaissent au clair de lune.

13 août : élongation maximale de Vénus à l’ouest

Vénus revêt ses habits d’étoile du matin et atteint ce jour son élongation maximale à l’ouest à une distance de 45 degrés du Soleil. Si vous contemplez Vénus à travers votre télescope, vous ne la verrez éclairée que sur la moitié de sa surface.

13 août : la Lune rencontre les Hyades 

La Lune se trouve dans la constellation du Taureau, près de l’amas d’étoiles des Hyades.

15 août : la Lune rencontre Vénus

Si vous contemplez le ciel le matin, vous apercevrez Vénus près du fin croissant de Lune. Les deux corps célestes se trouvent dans la constellation des Jumeaux.

28 août : la Lune rencontre Jupiter et Saturne

Ce soir-là, la Lune, Jupiter et Saturne se croisent dans la constellation du Sagittaire. Le trio est visible à gauche du célèbre astérisme de la théière. Etant donné qu’il n’est pas possible de faire des observations du ciel profond ce jour-là, pourquoi ne pas aller explorer les cratères lunaires, et pour couronner le tout, s’extasier devant les deux géantes de notre système solaire ?

A commander chez nous dès aujourd’hui : masques pour la bouche et le nez

15.05.2020, Marcus Schenk

Le virus corona est considéré comme étant à l’origine de la maladie Covid-19 (SARS-Cov-2). Le port du masque obligatoire en vigueur nous aide à contenir le virus. C’est pourquoi nous vous proposons au choix des masques grand public en coton ou en polyester, ainsi que des masques spéciaux pour la bouche avec action filtrante KN95.

Mund- und Nasenmaske MYONE

Masque pour la bouche et le nez de MYONE

Masques pour la bouche et le nez en coton

Les masques lavables en tissu de Masketo sont de couleur noire et 100% coton. Ce qui veut dire que vous pouvez les laver à tout moment en machine à 60°C pour les réutiliser. Pour que le masque épouse parfaitement la forme de votre nez, il est doté d’une barrette nasale que vous pouvez ajuster individuellement. Avantages de taille par rapport aux masques en papier jetables : ils occasionnent moins de coûts, ne produisent aucun déchet, et la plupart des porteurs respirent bien plus facilement avec un masque en tissu.

Les masques MYONE sont également 100% coton, de couleur blanche. Disponibles dans les tailles M et L, leur forme s’adapte à votre anatomie. Leur atout : ils sont aussi confortables que les masques noirs de Masketo, mais n’ont pas besoin de renfort au niveau du nez en raison de leur forme. Ainsi, vous pouvez également désinfecter le masque au micro-ondes.

Remarque : ces masques sont destinés à réduire le risque de contamination de l’environnement extérieur par projection de gouttelettes. Il ne s’agit pas d’un dispositif médical au sens de la Loi allemande sur les dispositifs médicaux (MPG) ni d’un équipement de protection individuelle (EPI).

Masques buccaux avec action filtrante KN95

Les masques de protection respiratoire avec action filtrante KN95 vous protègent vous et votre entourage. Selon Wikipedia, leur fonction est comparable à celle des masques de protection respiratoire FFP2 généralement réservés au personnel soignant. Il est rassurant de se savoir protégé lorsque l’on se déplace dans l’espace public. Surtout lorsque l’on est souvent en contact avec d’autres personnes. Les masques buccaux KN95 sont excellents à ce niveau, puisque 95% des particules dont la taille est supérieure à 0,3 μm sont bloquées par le filtre.

Masques aux motifs astronomiques

En tant qu’astronome amateur ou fan du cosmos, vous ne pouvez pas faire l’impasse sur les masques nez et bouche aux motifs astronomiques.

Ne vous fiez pas aux apparences : le nom du masque pour la bouche et le nez « Corona Borealis » n’a absolument rien à voir avec le redoutable virus. Il s’agit de la désignation latine de la « Couronne boréale ». Le masque arbore cette superbe constellation et son étoile principale nommée Gemma.

Bon à savoir : nous vous proposerons prochainement de nouveaux masques pour la bouche et le nez dotés de magnifiques motifs astronomiques.

Sauver des vies à chaque achat

Alors que de nombreux pays sont gravement affectés par le Covid-19, les respirateurs artificiels et les soins médicaux font défaut à tous les niveaux. Comment pouvons-nous agir ? A chaque commande, nous reversons 1 euro à Médecins sans frontière. Dans le contexte de la crise du coronavirus, l’association humanitaire est engagée dans plus de 50 pays pour mener un combat contre la mort et pour la vie. Montrez l’exemple et participez à cette action : en achetant un masque, vous venez en aide à ces personnes qui ont précisément besoin de votre soutien.

Procurez-vous dès maintenant un masque pour la bouche et le nez.

MiniTrack doté d’une table équatoriale : pour prendre des photos encore plus simplement.

30.04.2020, Marcus Schenk

Vous vous félicitez des magnifiques photos du ciel étoilé que MiniTrack vous concocte depuis des mois ? Ou nourrissez-vous en secret l’envie de réaliser vous-même ces clichés ?

Aujourd’hui, nous aimerions vous présenter une combinaison de choc qui optimise encore davantage l’ensemble du processus.

MiniTrack mit Polhöhenwiege

Exemple de montage pour des photos encore plus professionnelles : la MiniTrack d’Omegon avec appareil photo et viseur polaire monté sur la nouvelle table équatoriale.

 

Imaginez-vous cette scène : il fait sombre, vous distinguez à peine votre MiniTrack et vous devez vous mettre à genou devant votre trépied pour l’orienter. C’est ce qu’on pourrait appeler… un véritable jeu de patience. Car il s’agit d’aligner la rotule sur le pôle céleste. Un vrai casse-tête ! On parie que même à moins 5 degrés, vous allez finir par transpirer ?

N’y aurait-il pas un moyen de se faciliter la tâche ? Qui soit plus sûr ? Comme sur une monture de grande taille par exemple ?

Une idée brillante, désormais réalisable avec la MiniTrack.

Que vous ayez une MiniTrack LX2, un LX3 ou le modèle pour le Nord et le Sud : combinée avec la table équatoriale d’Omegon, le réglage sur le pôle Nord céleste gagne encore en précision. Grâce aux vis servant à régler l’azimut et la latitude, vous pouvez ajuster l’angle requis précisément au degré près. Ainsi, vous utilisez votre MiniTrack aussi intuitivement que n’importe quelle grande monture. La précision accrue du réglage réduit le nombre d’erreurs de capture. Il s’agit d’une évolution ingénieuse que beaucoup attendaient.

Comment monter votre MiniTrack?

Rien de plus simple : la table équatoriale peut être vissée sur votre trépied au moyen d’un filetage 3/8“. Un niveau à bulle intégré vous indique si votre trépied est bien horizontal. Votre MiniTrack peut être facilement fixée sur un rail à queue-d’aronde au standard Vixen-Style. Ainsi, vous pouvez monter puis ranger votre monture en quelques secondes, comme vous en avez l’habitude.
Vous ne disposez pas de la MiniTrack, mais du modèle d’un autre fabricant ? Rien ne vous empêche d’installer une mini-monture de voyage sur la table équatoriale.

Vous rêvez de réaliser vous aussi des captures encore plus précises et plus belles à l’aide de votre MiniTrack ? Alors jetez un coup d’œil à la table équatoriale d’Omegon.

Enfin disponible ! L’eVscope de Unistellar peut être commandé dès aujourd’hui.

24.04.2020, Elias Erdnüß

L’eVscope Unistellar est un télescope de Newton assisté par ordinateur placé sur une monture azimutale GoTo.

 

Après des années de développement, le très attendu eVscope de la start-up française Unistellar fait enfin son apparition sur le marché ! Auparavant réservé aux premiers soutiens de la fructueuse levée de fonds sur Kickstarter, il est désormais disponible à la vente dans l’Astroshop.

L’eVscope simplifie l’utilisation et optimise les fonctionnalités d’un télescope classique. Ainsi, l’accès à cette activité fascinante qu’est l’astronomie amateur est facilité au maximum.

Grâce à l’empilement en direct, l’eVscope dévoile les formes et les couleurs des nébuleuses et galaxies.

Contrairement à un télescope classique, l’image du système optique n’est pas visualisée directement, mais enregistrée par un capteur très sensible. L’image est ensuite traitée par un ordinateur intégré et . Le télescope peut emmagasiner la lumière pendant une longue période de temps (empilement en direct), et générer une image à même de révéler les formes et couleurs des nébuleuses et des galaxies de faible luminosité ! Avec des télescopes purement optiques de cette taille, ces objets ne peuvent généralement pas être détectées.

Avec l’eVscope, un capteur enregistre le ciel nocturne. L’image peut être visualisée sur un smartphone ou l’écran OLED à fort contraste de l’oculaire électronique (Live Projection System).

L’ordinateur intégré et interconnecté facilite considérablement l’utilisation de l’eVscope : le télescope calcule sa position exacte (étalonnage astrométrique) à partir des étoiles visibles. Les moteurs intégrés peuvent ainsi s’approcher avec précision de n’importe quelle cible d’observation souhaitée. Contrairement aux télescopes GoTo classiques, vous n’avez pas à vous préoccuper de la saisie fastidieuse des coordonnées GPS et de l’heure, ni de l’alignement sur les étoiles, qui peut s’avérer particulièrement complexe pour les débutants. Démarrez l’appareil et en route pour l’aventure !

Une application installée sur votre Smartphone vous permet de télécommander votre eVscope. Cliquez ici pour en savoir plus !

05.08.2020
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go