Panier
vide

Billets avec tag 'astrophotographie'

ASIAIR – l’astrophotographie n’a jamais était aussi simple !

17.12.2018, Elias Erdnüß

La marque ZWO est avant tout connue par les amateurs d’astronomie, pour ses astro-caméras CMOS puissantes et conviviale.

L’ unité de commande ASIAIR de ZWO va chambouler la scène de l’astrophotographie ! Il s’agit ici d’un ordinateur compact (Raspberry Pi), qui est monté sur le télescope. L’appareil s’occupe de tout ce qu’on peut attendre d’un système télescopique automatisé du 21ème siècle !

Monture, caméra, roue à filtres et autoguidage sont raccordés au système ASIAIR. Via une application pour Android ou iOS, vous contrôlez tout depuis votre smartphone ou tablette par WLAN. Pour l’autoguidage et pour l’utilisation de caméras refroidies, vous n’avez ainsi plus besoin d’emmener un ordinateur portable. Des fonctions avancées comme « Plate Solving » par un simple bouton sont également couvertes par ce système.

ASIASI communique avec la monture du télescope via une interface universelle (Instrument-Neutral-Distributed-Interface (INDI)) ce qui la rend compatible avec la majorité des montures GoTo disponibles. Le seul hic : l’appareil est uniquement compatible avec les caméras, autoguidage et roue à filtres ZWO.

La même idée pour automatiser l’astrophotographie est suivie par d’autres fabricants comme PrimaLuceLab avec l’EAGLE 2. Ce dernier brille certes par une plus grande puissance et des fonctions plus approfondies, mais le système convivial ASIAIR est nettement moins cher.

Prendre le soleil avec les rayons H-Alpha à l’aide du filtre QUARK et de la nouvelle caméra ToupTek

13.10.2017, Stefan Taube

Notre employé espagnol Carlos Malagon a quasiment tous les jours un champ libre sur notre astre diurne. Il nous envoie cette photo du soleil qu’il a pris à l’aide de sa nouvelle caméra EP3CMOS02300KMC de ToupTek :

H-Alpha-SonneLa photo montre la chromosphère du soleil. Il s’agit d’une partie de l’atmosphère solaire qui se trouve au-dessus de la photosphère et qui apparait à la lumière avec une longueur d’onde de 656 nanomètres. Cette longueur d’onde est aussi appelée H-Alpha. Il s’agit d’un état particulier d’excitation de l’atome d’eau dans l’atmosphère solaire. Au bord du soleil, vous voyez une belle protubérance.

Outre la caméra de ToupTek, Carlos Malagon utilise le filtre H-Alpha QUARK de DayStar ainsi que le Pro Apo 80/500 d’Omegon sur la monture SkyWatcher Star Adventurer.

Cette petite monture est parfaite pour voyager. Elle porte une caméra avec une petite optique et suit avec cette dernière la rotation du ciel. La monture Star Adventurer se visse sur chaque trépied photo. Carlos Malagon utilise ici le trépied Titania 500 d’Omegon en aluminium. Vous voyez sur la photo ci-après l’ensemble de l’équipement :

Carlos_Ausrüstung

Sans oublier : comme le filtre solaire QUARK s’introduit simplement entre la caméra et le télescope dans le porte-oculaire, vous le retirez tout aussi vite. Vous pouvez alors utiliser un équipement portatif comme celui-ci afin de photographier le ciel nocturne.

Photographier la lune avec un smartphone : l’adaptateur pour smartphone Omegon Easypic

27.04.2017, Marcus Schenk

Autrefois, photographier la lune n’était pas chose facile. Il fallait prendre les photos, développer la pellicule et prier pour que tout soit bien net. On était ensuite déçu du résultat, car la lune n’était pas aussi nette qu’on l’avait espéré. Avec l’arrivée des appareils numériques et des appareils photo intégrés dans les smartphones, les choses se sont grandement simplifiées.

Ces derniers fournissent à présent une qualité exceptionnelle. On peut les utiliser pour faire des photos de la lune de bonne qualité, mais uniquement si l’on a la possibilité de raccorder le téléphone portable au télescope de manière fixe.

Voyons comment réussir une photo de la lune à travers un télescope.

La lune – photographiée avec un adaptateur Easypic, un Omegon 8″ Dobson équipé d’un oculaire Redline et un iPhone.

Der Mond - aufgenommen mit einem Easypic Adapter, einem Omegon 8" Dobson und einem iPhone.

Différence avec les autres adaptateurs

L’adaptateur universel pour smartphone Easypic repose sur un concept différent de celui de ses concurrents. La plupart des adaptateurs sont dotés d’un collier qui se fixe sur un oculaire de 1,25 pouce. Le smartphone est alors fixé séparément dans un dispositif de serrage et doit être exactement positionné par-dessus l’oculaire. C’est un bon système en soi, mais qui exige un certain doigté de la part du photographe. Et lorsque tout est bien en position, rien ne doit plus bouger.

Le problème, c’est que la nuit, on manque souvent de patience. Et en plus, on n’y voit absolument rien !

Alors, n’existe-t-il pas une solution plus simple ? Bien sûr que si ! Avec un centrage automatique.

Préparation de l’adaptateur

Dès qu’elle brille dans le ciel, orientez le télescope sur la lune. Dans l’oculaire, elle se voit déjà extrêmement bien. Installez à présent votre smartphone et l’adaptateur Easypic.

Au dos de l’adaptateur, desserrez la petite vis des pinces de retenue. Tournez-les complètement vers l’extérieur, puis placez-y votre smartphone en positionnant la lentille de l’appareil photo directement sur le trou central. Replacez les pinces de retenue sur votre téléphone et resserrez la vis. Vérifiez que les pinces sont bien serrées et que votre smartphone ne peut pas bouger.

Raccordement de l’adaptateur à l’oculaire

Maintenant, c’est facile ! Tenez l’adaptateur équipé du smartphone en contact direct avec votre oculaire. Tournez ensuite la grosse molette située sur le côté. Trois axes se mettent alors à bouger pour bloquer les trois en même temps votre oculaire. L’adaptateur se centre et se fixe ainsi automatiquement sur votre oculaire. La lentille de l’appareil photo de votre smartphone est alors exactement positionnée par-dessus le centre de l’oculaire.

Le centrage automatique vous permet de vous concentrer davantage sur l’objet que vous voulez observer et moins sur les détails techniques.

C’est tout.

So sieht es aus: Das Smartphone am Teleskop und der Mond im Zentrum.

Prise de vue : la lune dans le smartphone

La lune devrait apparaître sur votre écran dès que l’application de l’appareil photo a été lancée. Refaites la mise au point et tout est prêt pour réaliser la prise de vue.

Marche à suivre :
•    Désactiver le flash
•    Activer le déclencheur automatique
•    Adapter au besoin le temps d’exposition

Appuyez à présent normalement sur le déclencheur pour prendre une photo. Cette photo de la lune a été prise avec l’adaptateur universel pour smartphone Easypic et un télescope Dobson Omegon 8 pouces.

Réduction de la luminosité à l’aide de filtres gris neutres

La réussite d’une photo de la lune dépend en général du bon temps d’exposition. Mais des planètes telles que Vénus ou Jupiter apparaissent souvent avec trop de luminosité sur les photos car elles sont surexposées. Les disques planétaires ont alors l’air brûlé. Solution : utiliser des filtres gris neutres et des filtres polarisants variables. C’est l’astuce que nous utilisons lorsque nous voulons faire ressortir un peu plus de structure sur les planètes.

Conclusion :

utiliser un smartphone avec l’adaptateur universel pour smartphone Easypic permet de photographier la lune et les planètes en un tour de main. Pas besoin d’être un pro : même le raccordement à l’oculaire est un jeu d’enfant. Vous devez juste veiller à ce que l’adaptateur soit bien droit, c’est tout. Il vous permettra ainsi de prendre des photos de la lune d’une incroyable netteté, ce qui était encore inimaginable il y a quelques années.

EAGLE : l’ordinateur dédié à l’astrophotographie

12.09.2016, Stefan Taube

Pourquoi EAGLE ?

Presqu’aucun autre secteur de notre passion l’astronomie n’a connu une évolution aussi dynamique que l’astrophotographie. Mais elle a son prix ! Alors qu’auparavant on posait simplement son télescope Dobson, on cherchait la bonne ouverture dans le sac d’oculaires et éventuellement un filtre coloré adapté, l’astronome mobile d’aujourd’hui se déplace avec son « observatoire to go » : monture parallactique avec de lourds contrepoids, optique, appareil photo, ordinateur portable et grosse batterie. Pourquoi ne pas faire plus simple ? Avec l’unité de commande EAGLE, cela devient possible. Il s’agit d’un ordinateur raccordé de manière fixe au tube qui commande la monture, l’appareil photo et la caméra guidée, fournit une alimentation électrique centrale et enregistre les images. Vous pouvez vous-même utiliser EAGLE sans fil via WLAN avec un terminal de saisie de votre choix.

EAGLE

Fini les câbles emmêlés et les ruptures de câbles

Tous les câbles électriques et de données vers la monture et les périphériques partent de l’unité EAGLE. Vous pouvez ainsi réaliser des câblages courts que vous pouvez en partie laisser branchés pour un démontage rapide. Comme l’ordinateur EAGLE est avec la monture, les câbles ne s’enroulent pas autour de cette dernière ni ne se coupent. Vous laissez ainsi sans problème tout votre équipement d’astrophotographie sans surveillance pendant plusieurs heures. Le seul câble auquel vous devez faire attention, est le câble d’alimentation de l’unité EAGLE. En parlant d’alimentation électrique : grâce à la gestion de l’alimentation d’EAGLE, une petite Powertank suffit. Vous pouvez aussi photographier sans problème pendant plusieurs heures.

EAGLE crée son propre réseau WLAN

Grâce à l’application associée, vous utilisez tous les programmes nécessaires sans fil depuis votre chaise longue. Des logiciels très appréciés comme PHD2 Guiding sont déjà pré-installés. Comme EAGLE fonctionne sous Win 10 Enterprise, il vous est possible d’installer d’autres programmes. L’avantage d’EAGLE est que vous contrôlez votre système depuis n’importe quel ordinateur compatible et avec WLAN avec le système d´exploitation de votre choix : peu importe si vous utilisez un ordinateur portable, une tablette ou un smartphone et qu’ils fonctionnent sous Windows, Android ou Apple. La portée du réseau WLAN est de 25 mètres à l’extérieur.

EAGLE-Tablet

EAGLE enregistre vos photos

Les photos prises par l’appareil photos peuvent être directement transférées vers votre tablette, ordinateur portable ou smartphone via le WLAN. Comme bien entendu vous prenez de nombreuses photos et vous souhaitez les enregistrer sans pertes, EAGLE est équipé d’une carte mémoire SSD. L’enregistrement sur une clé USB est également possible. EAGLE ne vous permet cependant pas de traiter les images. Sa performance de calcul a été prévue pour une consommation électrique minime, permettant à EAGLE de fonctionner sans ventilation.

EAGLE fait partie intégrante du système

L’ordinateur EAGLE n’est pas un autre accessoire que vous devez transporter. Le petit boîtier stable se monte de manière permanente sur le tube. Sans doute la meilleure variante est de le monter entre le tube et les colliers d’attache pour lunette de visée. Vous pouvez également fixer le boîtier d’ EAGLE sur la même queue d’aronde que celle avec laquelle vous fixez la monture au télescope. Nous vous le recommandons lorsque vous n’utilisez pas de lunette de visée. Vous trouvez des exemples de montage sur la page du produit EAGLE.

Il n’y a rien que vous ne puissiez pas faire sans l’unité de commande EAGLE. Cependant si vous pratiquez l’astrophotographie régulièrement et vous vous rendez sur des lieux d’observation ou à des rencontres de télescopes, vous ne pourrez très vite plus vous passer d’EAGLE : plus de problèmes de câble, plus de plantage d’ordinateur, une alimentation électrique stable et un système compact.

Il existe en outre une version plus puissante qui convient aux grandes montures et grands observatoires : EAGLE Observatory.

26.05.2019
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go