Panier
vide
Plus de sujets dans "Les Pièces Differentes d'un Télescope" ...

Oculaires

Sur le marché de l'astronomie amateur, il y a une multitude d'oculaires de différente conception, dans laquelle vous pouvez puiser pour vos propres observations. Vous entendez des noms étranges, des termes tels que champ de vision, distance focale, pupille de sortie et vous ne savez toujours pas quel est le bon oculaire pour l'observation. Afin de vous éclairer un peu, j'ai listé les différentes conceptions avec leurs avantages et leurs inconvénients.
 
De manière générale on peut dire : les oculaires sont des loupes pour agrandir l'image intermédiaire produite par le télescope. En principe, un tel oculaire pourrait se composer d'une seule lentille. Mais, étant donné qu'on souhaite avec différents oculaires obtenir par exemple différents champs de vision, un oculaire est une combinaison de lentilles définies positionnées à des distances précises. Mais le but peut également être un relief d'œil plus important ou la correction de défauts de l'image. Un boitier maintient les lentilles en place. L'ensemble est appelé oculaire.

Huygens

Ces oculaires sont des doublets, qui ont un champ visuel apparent relativement petit. Les lentilles ne sont pas collées et sont donc bien adaptées pour la projection solaire à travers un télescope. Ces oculaires sont parmi les structures les plus anciennes et ne sont que rarement trouvé dans les accessoires de télescopes. Le champ de vision est d'environ 40°

Huygens

Kellner

Les oculaires de Kellner sont composés de trois lentilles et ont un champ de vision d'environ 45 degrés. Étant donné que les lentilles de la pupille de sortie sont collées, elles forment un achromat et les aberrations chromatiques sont réduites. Les oculaires de Kellner peuvent être utilisés pour des grossissements plus élevés dans les réfracteurs avec un rapport d'ouverture de 1:10. Pour les réflecteurs newtoniens, la limite se situe à un rapport de 1:5, au-delà, il est préférable de recourir à des oculaires Plössl.

Kellner

Oculaires orthoscopiques

Ces oculaires ont quatre lentilles, dont deux sont biconvexes et une biconcave. Ces oculaires ont un degré de netteté élevé aussi bien au centre que sur le bord de l'oculaire. Par conséquent, ils sont intéressants pour l'observation des planètes et des étoiles doubles. Ils ont un champ plat. Comme ces oculaires ont peu de lentilles et un excellent traitement de surface, ils n'ont que très peu d'absorption, ce qui est un autre point positif de ces oculaires. Le champ de vision est d'environ 40-45 °.

Orthoskopisch

Oculaires Plössl

Les oculaires Plössl sont les standards dans l'astronomie et ceux qui ne veulent pas investir beaucoup peuvent s'acheter ces oculaires. Souvent, on trouve un jeu de Plössl complet dans des ensembles d'accessoires pour débutants.
Ces oculaires sont toujours constitués de quatre lentilles disposées en deux paires. Les lentilles de chaque couple sont collées ensemble et forment un achromat autonome, à savoir ils n'ont pratiquement aucune aberration chromatique. Chez les oculaires Plössl à courte distance focale, le relief d'œil pose cependant un problème. En effet : les pupilles de sortie sont si petites que vous devez vous approcher très près de l'oculaire. L'œil est pour ainsi dire collé à l'oculaire. Dans cette gamme de distance focale d'autres oculaires sont judicieux.
Le champ de vision apparent est d'environ 50°.

Plössl

Erfle

On ne trouve pas d'oculaires Erfle dans le catalogue des accessoires, car ce type n'existe plus en tant que tel. Cependant, dans de nombreux oculaires grand angle que l'on trouve dans les accessoires d'astronomie, on retrouve les bases de cette conception. Les oculaires modernes sont des développements basés sur la conception Erfle.
Les oculaires Erfle ont cinq lentilles avec champs de vision jusqu'à 68°. Particulièrement utile pour une utilisation dans le domaine des oculaires à grandes focales et à grand champ de vision. Ils ne sont pas recommandés pour les focales en dessous de 20 mm car le dégagement oculaire n'est pas optimal.

Erfle

Oculaires Long Eye et Long View

Ces dernières années, ces oculaires se sont particulièrement appréciés. En jetant un coup d'œil dans les coffres à oculaires des astronomes amateurs, vous trouverez un oculaire de ce type dans presque tous. En fait vous ne pouvez pas affecter ces oculaires à un type de conception, ils se distinguent plutôt par leur caractéristique dominante.
Même avec de petites distances focales ils ont toujours un grand relief d'œil de l'ordre de 16-20mm et donc une vision confortable.
Ces oculaires sont très bien adaptés pour les porteurs de lunettes, mais les gens qui n'ont pas besoin de lunettes, apprécient également leurs avantages.

Nagler

Les oculaires Nagler sont un développement propre du fabricant TeleVue. Les oculaires sont constitués de différentes paires de lentilles, qui sont collées ensemble. La plupart de ces oculaires ont sept lentilles, mais il existe aussi des variantes avec moins de lentilles. Ces oculaires on vous offre une image impressionnante du ciel. On pourrait presque croire à une immersion dans le ciel. Cela est dû en grande partie à des champs de vision géants de 80°.
En outre, ces oculaires réduisent les défauts de l'image, comme le coma et la distorsion. En pratique, cela signifie que les étoiles sont nettes jusqu'au bord, même dans les télescopes les plus lumineux.

Oculaires 2 pouces

Avez-vous un télescope avec un système de mise au point de 2" ? Ou envisagez-vous d'acheter un télescope ?, alors pensez aussi à un système de mise au point de 2", car il pourrait vous révéler une toute nouvelle vision du ciel étoilé.
Jusqu'à présent, on ne parlait que d'oculaires 1,25", qui s'adaptent à chaque télescope. Dans les télescopes plus grands, à partir de 150 mm d'ouverture, on trouve cependant aussi des portes oculaires de 2". Mais quels sont les avantages des oculaires 2" ?
Tout d'abord, ces oculaires sont beaucoup plus grands et un peu plus lourds que leurs petits frères 1,25". Mais ce qui est déterminant, c'est son plus grand diaphragme qui ne limite pas les rayons comme aves les petits oculaires, mais autorise des champs de vision beaucoup plus large. On peut même trouver des oculaires qui offre plus de 100° de champ de vision. Si vous observez avec cet oculaire, vous ne verrez pas de limites. Vous aurez l'impression que le ciel étoilé ne finit pas. Ce n'est qu'en déplaçant votre œil que vous finirez par atteindre le bord de l'oculaire. Un autre avantage de ces oculaires est leur grand relief d'œil. L'énorme pupille de sortie permet une observation plus détendu.
Pour les objets les oculaires 2" sont-ils adaptés ?
En général, ces oculaires sont intéressants pour les grandes focales, par exemple dans la gamme de 20-40 mm. Cela permet d'obtenir de faibles grossissements et de très grands champs de vision avec le télescope. Ainsi, ces oculaires sont particulièrement intéressants pour l'observation du ciel profond. Si vous observez des galaxies peu lumineuses ou des nébuleuses étendues avec des oculaires 2", c'est un vrai plaisir. Mais il a encore une autre utilisation : la recherche. Imaginez, vous voulez trouver une galaxie avec votre télescope. Mais en dépit de votre chercheur vous n'êtes pas sûr si elle est "dedans" car la faible galaxie n'est pas encore visible à l'œil nu. Heureusement, vous avez maintenant votre oculaire grand angle 2", qui couvre environ deux degrés du ciel (c'est quatre diamètres de pleine lune). Grâce au grand champ vous découvrez la galaxie directement dans l'oculaire et l'objet peut maintenant être centré dans le champ de vision.


Champ de vision

Le champ de vision, qui peut être atteint avec un oculaire, est un facteur crucial. Si vous regardez les oculaires disponibles aujourd'hui sur le marché, vous trouverez des valeurs de champs visuels, allant de 45° à 110°.


Il s'agit là du champ de vision apparent de chaque oculaire, c’est-à-dire l'angle qui peut être vu au travers de l'oculaire seul. Mais ces grandes valeurs de champs peuvent être trompeuses. Parce que le champ apparent est loin du champ réel que vous observez dans le ciel.


Car le critère décisif est le télescope. En fonction du grossissement que vous utilisez, vous aurez différentes valeurs de champ réel. Avec le champ apparent gravé sur l'oculaire, vous pouvez assez facilement calculer le champ réel de l'observation.

Le grossissement avec l'oculaire monté sur le télescope :
G = distance focale de télescope / distance focale de l'oculaire

Exemple : Vous utilisez un télescope avec une distance focale de 1000 mm et un oculaire de 10 mm ; 1000 mm / 10 mm = un grossissement de 100 fois

Calcul du champ de vision réel :
Champ réel = champ de vision apparent / grossissement

Par exemple, nous prenons un oculaire super Plössl avec un champ apparent de 52° :
rFOV = 52° / 100 = 0,52° = 30'

Le champ vu dans le ciel aurait ainsi une taille de 0,5° ou 30 minutes d'arc.
A titre de comparaison, le disque la lune a un diamètre de 30 minutes d'arc dans le ciel.

A titre de comparaison, voici un tableau avec les différents champs de vision :

Oculaire

Champ apparent

Grossissement

Champ de vision réel

Kellner

40°

120x

0,3°

Plössl

50°

120x

0,4°

Super Plössl

52°

120x

0,43°

Ultra Wide Angle

66°

120x

0,55°

Panoptic

68°

120x

0,56°

Nagler

82°

120x

0,68°

Comment calculer le champ apparent de l'oculaire, s'il n'est pas connu ?

Mesurer le diamètre du diaphragme de champ sur le côté inférieur de l'oculaire. Dévisser auparavant le coulant, ainsi vous pouvez déterminer facilement le passage libre du diaphragme. La deuxième valeur dont vous aurez besoin est la distance focale, elle se trouve sur l'oculaire. Avec la fonction tangente inverse suivante (Arctan), on peut alors calculer le champ :

Champ de vision apparent = Arctan (½ diamètre du diaphragme / focale oculaire)

On ne prend pas la totalité du diaphragme de champ, mais seulement la moitié.
Le résultat est ensuite multiplié par deux.

Exemple :
Sur un oculaire Plössl de 12,5 mm de focale je mesure un diaphragme de champ de 12 mm. J'applique la formule à ces deux valeurs, en prenant le demi diamètre de l'ouverture, soit 6 mm.

Arctan 6 / 12,5 = 25,6° Multiplier par 2 = 51 °

 

L'embarras du choix, quel oculaire correspond le mieux à mon télescope ?

 

Page suivante -->

 
11.12.2018
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go