Panier
vide

Archive pour août 2020

Faits marquants de l’automne 2020

28.08.2020, Marcus Schenk

Mars en opposition, Léonides sans Lune et une intéressante occultation d’étoiles le soir. Il y a de nouveau suffisamment de raisons pour regarder les étoiles.

Ne laissez rien vous échapper au cours des trois prochains mois : l’Infographie de l’automne 2020 vous donnera un aperçu rapide des nombreux événements célestes importants attendus. Le texte d’accompagnement vous apportera d’autres détails d’un grand intérêt.

Nous vous souhaitons de captivantes heures d’observation.

Septembre :

06/09. La Lune rencontre Mars

Le soir du 5 septembre, la Lune et Mars se trouvent dans une dense constellation : à partir de 21h30 CEST, toutes deux se lèvent au-dessus de l’horizon est. Cependant, elles se rapprochent de plus en plus au cours de la nuit, jusqu’à ce qu’elles se trouvent à moins d’un degré de distance au petit matin du 6 septembre.

11/09. Neptune en opposition

Neptune est la planète la plus extérieure du système solaire : à ce jour, nombreux sont les observateurs qui ne l’ont que rarement vue. Cependant, elle atteint maintenant son opposition et se tient pendant toute la nuit dans une position favorable dans le ciel. A la tombée de la nuit, nous la trouvons au-dessus de l’horizon est, entre le Verseau et les Poissons. Avec une magnitude de 7,8, elle peut être découverte avec toutes les jumelles, mais ce n’est qu’au télescope que nous détectons le petit disque planétaire de Neptune, planète distante de 4,3 milliards de kilomètres.

14/09. Rencontre de la Lune, de Vénus et de M44

Vous êtes un lève-tôt ? Parfait, car vous allez alors vivre un délicieux moment, celui d’une rencontre entre la Lune, Vénus et l’amas d’étoiles ouvert M44. Par un ciel sombre, on peut déjà la détecter à l’œil nu. Les trois objets célestes sont pratiquement alignés, M44 représentant le centre. Ce qui est particulièrement beau : la Lune décline et elle n’est éclairée qu’à 14 %.

25/09. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

Pendant tout l’été, nous avons pu observer Saturne et Jupiter en Sagittaire, dans le ciel du soir. Ce fut tout simplement un temps fort pour chaque observation astronomique. Peu après le début de l’automne, le 25 septembre, nous assisterons à un beau spectacle avec la Lune.

Octobre :

03/10. La Lune rencontre Mars

Ce mois, la Lune remarque aussi que Mars doit être la star du mois. En octobre, en effet, elle la rencontre deux fois. Au cours de cette nuit, une distance de 4 degrés les sépare.

03/10. Vénus rencontre Régulus

Au cours de la période précédant l’aube, nous voyons surgir à l’est, la constellation printanière du Lion. Ce qui frappe, ce sont Vénus et l’étoile principale Régulus qui sont ensemble, cette dernière venant par ailleurs à la 22e position parmi les étoiles les plus lumineuses du ciel du soir. Percevoir consciemment les grandes différences de luminosité de ces deux corps célestes est un véritable plaisir.

08/10. Draconides

Les Draconides sont une pluie de météores qui semble provenir de la constellation du Dragon. Le 8 octobre, on escompte les taux de chute maximum. Il n’y a malheureusement pas de prévisions quant au nombre d’étoiles filantes à escompter, car ce nombre peut varier considérablement.

Le radiant se situe à proximité de l’étoile β Draconis. Le Dragon fait partie d’une constellation circumpolaire, ce qui fait que le radiant se situe à hauteur optimalement visible.

14/10. Mars en opposition

La période orbitale de Mars est de 686 jours, c’est-à-dire que l’on assiste à une opposition à peu près tous les deux ans. La dernière, qui remonte à 2018, nous a offert une grande proximité de la Terre et une planète Mars gigantesque, mais sa hauteur au-dessus de l’horizon était faible. Cette année, le diamètre de son disque n’est que de deux secondes d’arc plus petit, mais la position dans le ciel est nettement plus haute. Ce que cela signifie : l’une des meilleures possibilités d’observation dans les prochaines années.

21/10. Orionides

Les Orionides sont une petite pluie d’étoiles filantes, avec 20 météores environ par heure. Le radiant se situe dans la constellation d’Orion, près de l’étoile Bételgeuse. Vous pourrez observer les étoiles filantes pendant tout le mois, mais le maximum se situera entre le 20 et le 21 octobre. La meilleure période pour l’observation se situe entre 22 heures et 5 heures.

21/10. La Lune occulte Gamma SGR (Soft Gamma Ray)

Les occultations d’étoiles par la Lune sont fascinantes pour tous les observateurs, en particulier lorsqu’elles commencent du côté encore non éclairé de la Lune. Le 21 octobre, une opportunité optimale s’offrira à nous à la tombée de la nuit. À 20h35, l’étoile Gamma SGR (Soft Gamma Ray), d’une magnitude de 2,8, sera occultée dans la constellation du Sagittaire. Avec des étoiles de cette luminosité, l’effet est stupéfiant : comme si elle était éteinte, elle disparaît derrière la Lune et resurgit de l’autre côté à 21h42. Mais la Lune peut alors être déjà couchée en bien des endroits.

22/10. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

À peine un mois après la dernière rencontre, la Lune rejoint de nouveau les planètes Jupiter et Saturne. Le meilleur moment pour observer : au crépuscule.

29/10. La Lune rencontre Mars

Ce soir, la Lune et Mars se rencontrent et sont à une distance de 3 degrés.

31/10. Uranus en opposition

Uranus est l’une des géantes gazeuses les plus éloignées. Au télescope, elle n’apparaît que sous la forme d’un minuscule disque verdâtre, sur lequel nous ne détectons aucun détail. Mais vous pouvez encore l’identifier en tant que planète. Cherchez Uranus avec une carte du ciel ou, mieux encore,  avec le système GoTo de votre télescope. Avec un grossissement de 120-200x, vous pourrez alors détecter le petit disque planétaire.

Novembre :

10/11. Mercure à sa plus grande élongation ouest

Mercure se trouve à sa plus grande distance angulaire du soleil, 19 degrés. Elle atteint ainsi sa meilleure visibilité matinale cette année. Le 10 novembre, nous pourrons voir Mercure se lever au-dessus de l’horizon est, à 5h30 environ. Venue des couches de brume, Mercure brille au-dessous de Vénus.

11/11. La Lune occulte α Virginis (Epi) dans la Vierge

Le 11 novembre, il conviendrait que vous vous leviez tôt : dans les heures du matin, à partir de 6h40, on assistera à une occultation d’étoile rare et très bien visible. La Lune occultera l’étoile α Virginis de magnitude 4.

12/11. Jupiter rencontre Pluton

Jupiter et Pluton défilent l’une à côté de l’autre et se rapprochent le 12 novembre jusqu’à 40 secondes d’arc. Il est normalement difficile de trouver aisément l’ancienne planète et l’actuelle planète naine. Elle est en effet faible et ne peut être distinguée d’une étoile. Mais, cette fois, Jupiter constitue un bon point d’orientation pour chercher Pluton également sans monture GoTo.

13/11. Rencontre de la Lune, de Mercure et de Vénus

À l’aube apparaît une constellation qui va faire briller les yeux de tous les observateurs du ciel : dans le sens est, dans la constellation de la Vierge, Vénus, Mercure et le très fin croissant de Lune vont rayonner : une opportunité parfaite pour une belle impression du ciel du soir.

16/11. Léonides

Du 16/01 au 17/01, les Léonides atteignent leur maximum. À côté des Perséides, les Léonides font partie des pluies d’étoiles filantes les plus célèbres. Il y a eu des années où ces météores tombaient comme des gouttes de pluie du ciel. Cela se produit en général tous les 33 ans, lorsque la Terre entre en collision avec le nuage des Léonides. Dans les années normales, la chute maximale ne dépasse pas 20 météores par heure. Cette année, l’étroit croissant de Lune se couchera tôt et c’est sans obstacles que nous pourrons profiter des étoiles filantes pendant toute la nuit.

19/11. Rencontre de la Lune, de Jupiter et de Saturne

La constellation du Sagittaire disparaît alors définitivement du ciel en début de soirée mais, immédiatement au-dessus de l’horizon, nous pouvons aujourd’hui détecter, dans un joli groupe, la Lune âgée de cinq jours, ainsi que les planètes Jupiter et Saturne.

25/11. La Lune rencontre Mars

La Lune et Mars se rencontrent aujourd’hui à une distance de 6 degrés environ.

Lithium LT – la nouvelle alimentation Powertank de Celestron

18.08.2020, Stefan Taube

Celestron lance sur le marché le PowerTank Lithium LT, un accumulateur particulièrement léger, idéal pour les petits télescopes.

Celestron_Powertank_LT

Le Powertank peut être fixé sur la jambe du trépied à l’aide de la bande Velcro jointe.

L’électronique des télescopes modernes est très sensible aux défauts de tension. Si l’on utilise un télescope à une trop faible tension, la conséquence peut en être des moteurs qui souffrent face à des charges importantes, voire une défaillance de l’électronique. Le PowerTank Lithium LT utilise un régulateur de tension intégré afin de garantir une tension de 11,8 volts au moins pendant toute la durée d’utilisation, jusqu’à ce que l’accumulateur soit pratiquement vide et s’arrête.

Par rapport à un accumulateur au plomb classique, le PowerTank Lithium LT est plus petit, plus léger, plus efficace et meilleur pour l’environnement. Il offre de meilleures performances, une plus grande durée de vie et un fonctionnement plus sûr que d’autres accumulateurs lithium-ion, meilleur marché. Il offre en outre un arrêt automatique, une protection contre l’inversion de polarité et une protection contre le chargement/déchargement, de même qu’une protection contre les surtensions et les courts-circuits.

Celestron_Powertank_LT_1

La sortie USB permet de charger un smartphone.

Nous conseillons le PowerTank Lithium LT pour les télescopes des séries

Par ailleurs : l’accumulateur satisfait également aux prescriptions actuelles de la FAA (Federal Aviation Administration (Administration Fédérale de l’Aviation)) pour les bagages à main. Il est ainsi idéal pour le voyage !

20.10.2020
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go