Panier
vide

Billets avec tag 'accesoires-pour-telescopes camera'

Le nouveau capteur Sony Exmor R : quels avantages pour les astrophotographes ?

26.03.2018, Marcus Schenk

« Là où il y a beaucoup de lumière, l’ombre est plus noire. »

C’est au célèbre Johann Wolfgang von Goethe que l’on doit cette phrase. Lorsque qu’il écrivit ces lignes, personne ne connaissait les appareils photo et les caméras numériques. Sans aucun doute, pour ce grand poète, c’est une toute autre vérité qui se cachait derrière ces mots.

Pourtant : cette phrase s’applique si bien aux capteurs des caméras astronomiques, que nous avons choisi d’y faire référence ici.

Mais de quoi est-il ici question ? Et pourquoi cette citation ne s’applique-t-elle plus aux caméras dotées des nouveaux capteurs Exmor R ? Nous y reviendrons par la suite.

Caméras de ToupTek 100% plus sensibles

Voilà une nouvelle que réjouira nombreux astronomes amateurs : les caméras ToupTek sont désormais jusqu’à 100% plus sensibles (source : Sony), que les anciennes caméras CMOS traditionnelles. En effet, la technologie des capteurs a connu de grands bouleversements ces derniers temps. En bref : le nouveau capteur Exmor R permet de récupérer sur la puce, encore plus d’informations sur l’objet lors d’expositions plus courtes.

Les caméras de ToupTek sont déjà équipées de ces tous derniers capteurs : découvrir les caméras.

On préférait encore les capteurs CCD quelques années auparavant. Ces derniers présentaient beaucoup moins de parasites, étaient sensibles et permettaient de voir plus de détails. Puis les capteurs CMOS ont été perfectionnés. On obtint une transmission des données plus rapide et une numérisation ultra rapide. Avec nettement moins de parasites, cette technologie devint intéressante pour l’astronomie.

On appelle aussi ces capteurs CMOS, capteurs à illumination frontale. Et voilà comment la phrase de Goethe « Là où il y a beaucoup de lumière, l’ombre est plus noire. » prend ici tout son sens. Elle renvoie en effet à l’architecture de la puce.

Der Front-Illuminated Sensor: Lichtstrahlen treffen auf den Sensor, werden aber zum Teil abgelenkt.

Les capteurs CMOS « classiques »

Les capteurs à illumination frontale se composent de nombreux éléments par lesquelles les photons lumineux doivent passer avant d’arriver et tomber dans les pixels.

Ces photons passaient d’abord par les microlentilles, puis les filtres colorés et enfin l’électronique. Cette dernière était placée par le haut sur la puce. Or on trouve ici des pistes aluminium, des fils et des transistors. Les photons doivent aussi les passer. Ce n’est qu’à ce moment que la lumière atteint le pixel.

Cette électronique agit cependant comme un projecteur d’ombre. C’est un peu le même problème que sur les télescopes avec de grands miroirs secondaires. Une partie de la lumière est absorbée et déviée.

Certains photons ont même aucune chance. Ils sont bloqués ou simplement reflétés par le fil métallique. La conséquence est inévitable : moins de lumière arrive.

Sony a réfléchi à ce problème pour trouver comment rendre les puces actuelles plus sensibles. L’entreprise a finalement eu une idée géniale qui fait désormais son entrée dans les nouvelles caméras astronomiques : les capteurs CMOS BSI (à éclairage par l’arrière).

 

Les nouveaux capteurs BSI de Sony

Sony a passé les capteurs au crible pour finalement choisir de les construire complètement autrement. Les photons passent désormais au travers des microlentilles puis des filtres colorés. Jusque-là rien d’inchangé : pour par la suite, et voilà la grande différence, ils atteignent immédiatement les pixels.

L’électronique, les fils et les transistors sont désormais placés derrière. Les photons atteignent ainsi les cellules photo sans aucune déviation. Le substrat de silicium est ainsi éclairé par l’arrière au lieu de l’être par l’avant. Un autre avantage est la technologie STARVIS, un groupe secondaire des capteurs Exmor R, qui rend les capteurs encore plus sensibles. Cette technologie déploie notamment tous ses atouts lorsqu’il n’y a pas beaucoup de lumière.

Grâce aux nombreux perfectionnements, les capteurs Exmor R deviennent extrêmement rapides, tout en réduisant nettement les parasites et en doublant leur sensibilité (source : Sony). Ils sont en outre dotés d’une transmission élevée dans les infrarouges proches.

La recherche utilise cette technologie depuis déjà longtemps. Mais jusqu’ici, le prix de telles caméras était vraiment astronomique. Avec la chute considérable des prix, ces capteurs CMOS gagnent désormais les amateurs.

Quels sont leurs avantages concrets pour vos photos astronomiques ?

  • Plus de lumière en moins de temps
  • Des expositions plus courtes réduisant les problèmes avec la poursuite
  • Possibilité de photographier les galaxies et les nébuleuses avec des caméras non refroidies
  • Fréquence d’image extrêmement élevée pour des images des planètes encore plus nettes
  • Haute sensibilité sur les infrarouges proches pour les images de Mars et de Vénus
  • Possibilité de réaliser des vidéos live d’objets célestes lumineux

Conclusion :

Les nouveaux capteurs BSI de Sony offrent de toutes nouvelles possibilités très intéressantes aux astrophotographes. Grâce aux coûts réduits, les prix restent abordables : le tout pour réaliser de belles astrophotos à moindre effort. Encore mieux : Les caméras de ToupTek sont déjà équipées de ces tous derniers capteurs. Nous pourrions ainsi dire : « là où il y a beaucoup de lumière, elle reste. » Du moins pour ces nouvelles caméras.

P.S. :

Si vous souhaitez profiter des nouvelles caméras : suivez-nous.

Touptek : quelle est caméra choisir ? Découvrez la caméra qui vous convient le mieux en un coup d’œil.

23.02.2018, Marcus Schenk

Imaginez la situation suivante : à la recherche de la bonne caméra.

Perplexe, l’astronome amateur reste figé face aux centaines de caméras proposées. Il peine à mémoriser leurs caractéristiques techniques, jusqu’à se retrouver complètement dans le brouillard. Mais quelle caméra doit-il acheter ? Pourquoi passer tout son temps à chercher sa caméra idéale alors qu’il veut prendre des belles photos au plus vite.

Cet article vous donne deux aides afin de vous à choisir rapidement la bonne caméra ToupTek- qui vous correspond le mieux.

 

Das Touptek Kamera-Sortiment

1. Une vue d’ensemble graphique

L’offre en caméras ne cesse de croître. Comment garder une bonne vue générale ?

Taille du capteur, tailles en pixels ou résolution, il ne s’agit ici que de quelques-unes des données décisives. Encore faut-il comparer chaque caractéristique une à une pour chaque caméra.

Puis il reste cette question : adaptée aux planètes, Deep-Sky ou seulement comme guide ?

Ne peut-on pas faire beaucoup plus simple ? Et oui, nous aussi nous nous sommes posé la question pour finalement trouver une solution spécialement dédiée aux caméras ToupTek. En voici le résultat : un graphique qui vous donne à la fois une vue générale rapide et vous apporte toutes les données nécessaires. Vous évitez ainsi les va-et-vient entre les différentes caméras.

Que trouvez-vous encore dans ce graphique ?

Taille du capteur : en un coup d’œil, découvrez la taille des capteurs de dix caméras. L’encadré s’ajuste en fonction.

Références d’articles : retrouvez la référence d’article pour chaque capteur à côté du nom de la caméra. Une caméra vous intéresse ? Entrez simplement directement le numéro dans la fonction de recherche de notre boutique.

Carrés en couleurs : dans l’encadré vous voyez trois petites cases colorées et/ou une case noire et blanche. Vous l’avez bien sûr compris : les cases indiquent si la caméra est disponible en couleurs et/ou en monochrome.

Nombre sous le capteur : il indique le nom du capteur comme par ex. IMX178 ou AR0130.

Taille en pixels (mircon) et images par seconde (fps) : les caméras ont été réparties dans un diagramme ordonné XY. Vous voyez ainsi immédiatement si une caméra a des grands ou des petits pixels et si le nombre d’images pris par seconde est très bas ou très élevé. Taille du capteur, taille en pixels et fps : il s’agit ici de données essentielles dans le choix de la caméra la mieux adaptée à vos besoins.

Planétaire, longueur focale, guidage : les trois barres en couleurs sur le rebord vous indiquent l’application idéale ou le télescope le mieux adapté pour cette caméra. Plus la barre est colorée, plus la caméra correspond à cette application. Ces barres vous montrent immédiatement quelles caméras vous conviennent le mieux.

Exemple : une fréquence d’image élevée convient particulièrement à la prise de planètes alors qu’une très grande puce n’est pas vraiment adaptée à un simple guidage. La taille de puce et en pixels vous indique la focale adaptée du télescope.

2. Comment différencier les tailles de capteurs ?

Les tailles des capteurs des caméras Touptek s’étendent de 4,8 mm x 3,6 mm, au grand capteur de 20MP avec 13 mm x 8,7 mm.

Pour prendre les planètes et le guidage, préférez les petits capteurs, alors que pour prendre la lune lointaine ou encore des objets sombres, vous avez besoin d’un plus grand champ.

Cependant, cela reste difficile de s’imaginer les différentes tailles, mais c’est néanmoins essentiel avant l’achat. C’est pourquoi nous vous avons préparé un graphique que nous avons projeté sur la galaxie NGC247.

Vous voyez différents cadres avec les numéros de produits sur ce dernier. Bien mieux qu’une explication, découvrez par exemple vous-même à quel point la caméra ToupTek EP3CMOS20000KPA Deep Sky Color est bien plus grande que la ToupTek GPCMOS1200KMB Mono Guider.

 

 

Ces deux graphiques vous aideront sans aucun doute pour votre achat. Et ce, sans aucune recherche. N’attendez plus et découvrez les pages consacrées aux caméras modernes ToupTek.

23.02.2020
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go