Panier
vide

Archive pour la catégorie 'nouvelles du produit'

Le meilleur revient toujours : le télescope ETX-125 de Meade

26.06.2017, Stefan Taube

L’ETX-125 de Meade est de retour. Il est léger à transporter, polyvalent et automatisé, et c’est la raison pour laquelle l’ETX-125 est devenu un grand classique !

ETX125

Avantages du Meade ETX-125 :

  • Optique Maksutov compacte : focale élevée malgré un tube court. Idéale pour observer la lune et les planètes, mais aussi pour observer la nature en journée. La Maksutov robuste a un réglage stable et dispose d’un miroir protégé par un tube fermé.
  • Avec son ouverture de 127 millimètres, elle est la plus grosse optique de la série ETX et peut aussi s’utiliser pour observer des objets situés en dehors de notre système solaire : la nébuleuse d’Orion, le grand amas stellaire M13 d’Hercule et bien d’autres encore.
  • Le tube optique est fixé dans une monture à fourche. qui porte l’optique avec une grande stabilité, l’oriente sur l’objet souhaité sur les deux axes grâce à ses moteurs et guide le télescope en suivant le sens de rotation du ciel. Le compartiment batteries intégré alimente les moteurs lorsqu’on l’utilise en extérieur. Mais l’ETX-125 peut également être raccordé au réseau à l’aide d’une alimentation électrique.
  • Le tube est fixé dans la fourche, mais il peut être retiré du trépied pour en faciliter le transport. Le trépied en tube d’acier supporte le télescope sans bouger. Autre particularité : une cale équatoriale est intégrée dans le trépied. Elle permet ainsi de transformer la monture à fourche azimutale en une monture GoTo parallactique nécessaire pour l’astrophotographie.

Et tout cela à un prix raisonnable !

Le Meade ETX-125 est un télescope GoTo, ce qui signifie qu’il est automatisé et qu’il permet ainsi même aux débutants de réussir à trouver et à identifier les objets dans le ciel.

L’automatisation est assurée par le nouveau boîtier AudioStar :

AudioStar

Avec AudioStar, vous avez le choix entre 30 000 objets dans le ciel. Mais la commande vous fait également des suggestions d’observations. L’une des particularités d’AudioStar est la reproduction vocale qui vous fournit d’intéressantes informations concernant l’objet sélectionné – même si elle le fait uniquement en anglais.

Le nouveau Meade ETX-125 compact, robuste et automatisé vous enchantera tout autant que son prédécesseur !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

La CGX-L : la version grand format de la nouvelle monture Celestron

12.06.2017, Stefan Taube

Début février, nous vous avions présenté la grande nouveauté de la maison Celestron : la Celestron CGX. La grande sœur de la CGX vient à présent d’arriver. La toute nouvelle monture CGX-L peut porter jusqu’à 34 kilogrammes, ce qui représente près de dix kilogrammes de plus que la CGX.

Il est ainsi possible d’utiliser la nouvelle technique des montures CGX avec la grosse optique de 14 pouces :

CGX-L-1400

L’un des principaux facteurs ayant permis d’augmenter sa capacité de charge réside dans ses roues hélicoïdales grand format de 144 millimètres qui permettent un entraînement régulier, même en présence de télescopes lourds. Le dispositif de blocage du prisme a d’autre part été rallongé à 270 millimètres afin de pouvoir aussi porter de gros télescopes.

La figure montre la tête de la monture avec la grosse roue hélicoïdale et l’entraînement par courroie crantée :

CGX-L-Antrieb

Avantage supplémentaire : les fiches AUX supplémentaires et la connexion pour l’autoguidage sur l’axe Déc. permettant une meilleure gestion des câbles.

Si vous voulez utiliser une grosse optique avec un équipement photographique, vous aurez besoin de contrepoids très lourds. D’un diamètre de 31,5 millimètres, la tige de contrepoids a une taille suffisante pour les supporter.

Cette capacité de charge beaucoup plus élevée n’entrave cependant pas la facilité de transport de la CGX-L. Et la monture n’est pas le seul élément à devoir porter une plus grande charge : Celestron fournit la CGX-L avec un trépied en acier encore mieux renforcé que la CGX. Les branches du trépied ont une épaisseur de 70 millimètres !

La CGX-L est une monture universelle aux possibilités d’utilisation pratiquement illimitées : vous pourrez l’utiliser de manière fixe dans l’observatoire de votre jardin ou la transporter à des rencontres télescopes ou à votre lieu d’observation favori.

Nous vous proposons les montures CGX et CGX-L seules. Et grâce à la platine double, vous pourrez les utiliser avec pratiquement n’importe quelle optique. Mais vous pouvez également choisir un système de télescope complet comprenant une monture et une optique Schmidt-Cassegrain. Vous trouverez ces séries de produits en cliquant sur les deux liens suivants : télescopes CGX et télescopes CGX-L.

Que vous preniez la CGX ou sa grande sœur, la CGX-L, vous disposerez d’une monture moderne répondant aux défis du futur.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Nouveau : oculaires Omegon Oberon avec champ de vision de 82°

23.05.2017, Marcus Schenk

Les nouveaux oculaires Omegon Oberon ont un champ de vision de 82°, offrant ainsi une vue incroyablement dégagée. Ils sont de plus étanches à l’eau et remplis à l’azote. Coûtant moins de 200 €, ils sont incroyablement bon marché et abordables pour tous les astronomes amateurs.

Die Omegon Oberon Okulare mit 82° Gesichtsfeld

Étanches à l’eau et remplis à l’azote

Vous connaissez certainement aussi le problème des oculaires qui ont perdu de leur éclat. Lorsque la saleté, le pollen et la graisse des cils collent sur les lentilles oculaires. La solution serait alors de nettoyer les oculaires. Mais ce n’est pas si simple car les nettoyants optiques doivent être manipulés avec beaucoup de précaution. Avec les oculaires Omegon, le nettoyage est d’une simplicité enfantine.

Il vous suffit de rincer vos oculaires à l’eau courante pour qu’ils brillent à nouveau comme au premier jour.

Avantage d’un champ de vision large

Les oculaires grand angle sont idéaux pour observer le ciel. Contrairement aux oculaires standard au champ de vision de 45° ou 50°, les oculaires grand angle vous donnent l’impression de véritablement flotter dans l’espace. Au-delà de 70°, l’œil ne perçoit plus le bord de l’oculaire et le ciel étoilé apparaît alors presque sans limite. Les oculaires Oberon de 82° vont encore plus loin puisqu’ils permettent même à votre œil de se déplacer dans le champ de vision.

La série d’oculaires Oberon comprend six oculaires avec des focales de 7 mm, 10 mm, 15 mm, 19 mm, 23 mm et 32 mm. Les trois petites focales sont disponibles en 1,25″ et les trois grandes, en 2″. Tous ceux qui utilisent un télescope savent bien combien il est parfois difficile de localiser l’objet à observer. Un oculaire Oberon 32 mm facilite grandement cette tâche : un grossissement faible, associé à un champ de vision de 82°, fait du grand Oberon un oculaire de localisation parfait.

Mais un oculaire 7 mm de 82° apporte aussi des avantages indéniables : la possibilité d’observer la surface de la lune avec un grossissement élevé, tout en pouvant voir une grosse partie du paysage lunaire – c’est tout simplement incroyable.

Avantages des oculaires Oberon :

•    Résistants : étanches à l’eau et remplis à l’azote – protection contre l’humidité et longue durée de vie
•    Champ de vision de 82° : champ de vision immense, presque sans limite
•    Bonne prise en main : gainage en caoutchouc cannelé
•    Design élégant : boîtier en aluminium anodisé

Par ici : vous trouverez des informations détaillées sur les pages consacrées aux nouveaux oculaires Oberon.

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Désormais disponible : la nouvelle monture CGEM II de Celestron

17.05.2017, Stefan Taube

Le fabricant américain de télescopes Celestron a revisité son modèle de monture robuste et résistant destiné aux astrophotographes. La réputation de la CGEM II est méritée car elle a une plus grande capacité de charge que la monture plus petite Advanced VX, tout en étant moins chère que la grosse CGX. Dans la catégorie des montures parallactiques GoTo pour l’astrophotographie mobile, la CGEM II se situe au milieu.

CGEM II

La nouvelle CGEM II est d’une part très chic, tout en présentant aussi un certain nombre de vraies innovations dont son prédécesseur ne disposait pas :

  • Nouvelle électronique du moteur plus puissante et dotée d’un tout nouveau micrologiciel
  • Port USB 2.0 dans la raquette de commande, permettant ainsi de facilement raccorder la commande manuelle au PC pour mettre le logiciel à jour
  • PPEC (Permanent Periodic Error Control) permettant une poursuite plus précise
  • Prise Autoguider indispensable pour l’astrophotographie exigeante
  • Suivi au-delà du méridien
  • Platine double compatible avec les queues d’aronde de standard Vixen et Losmandy : pas d’adaptateur nécessaire.
  • Trépied amélioré avec repères de hauteur : mise en place du trépied à l’horizontale encore plus aisée

Cette monture peut supporter des télescopes, des appareils photo et des guideurs d’un poids maximum de 18 kilogrammes. Ça laisse quand même une bonne marge de manœuvre !

Nous vous proposons aussi la CGEM II sous forme de kit contenant des optiques Schmidt-Cassegrain avec des ouvertures allant de 8 à 11 pouces (203 à 279 millimètres) : télescopes CGEM II.

En combinant tout cela aux télescopes SC classiques, vous disposez d’un très bon équipement d’astronomie dont vous pourrez profiter toute votre vie ! Et ceux qui seront prêts à dépenser un peu plus pourront s’offrir le CGEM II avec Edge HD. Cette version du télescope Schmidt-Cassegrain intègre déjà l’optique de correction pour l’erreur de coma inévitable, vous permettant ainsi de réaliser des prises de vue nettes jusque sur les bords (« edge »).

Quel que soit votre choix, vous ne pouvez pas vous tromper en choisissant le CGEM II.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Observer le soleil avec le DayStar QUARK Calcium-H

11.05.2017, Anita Maier

Le fabricant américain de filtres solaires DayStar a révolutionné le domaine de l’observation du soleil avec sa série QUARK. Il est ainsi à présent possible d’utiliser pour un prix relativement bas un télescope à lentille à ouverture faible pour observer le soleil dans une raie spectrale définie – c’est aussi simple que de mettre un oculaire dans le renvoi coudé.

DayStar vient d’ajouter à sa série QUARK un modèle permettant d’observer le soleil dans une raie spectrale du calcium. Le filtre solaire DayStar Calcium H-Line QUARK vous permet d’observer le soleil avec une longueur d’onde de 397 nanomètres – ou peut-être pas : certaines personnes ne sont pas en mesure de percevoir une lumière aux ondes si courtes.

On peut en tout cas photographier ce rayonnement à ondes courtes sans problème en utilisant une caméra planétaire. Notre collègue Bernd Gährken a fait le test :

Sonne-Calcium-H

Il a combiné 4 images pour obtenir la prise de vue. Il a pour cela utilisé le Calcium H-Line QUARK et l’Omegon PhotoScope avec une lentille de Barlow d’un grossissement de 1,6 fois et une caméra planétaire. Des adaptateurs pour porte-oculaires 1,25″ et 2″ sont fournis. Le filtre calcium fonctionne sans télécentrique et a besoin d’un chemin optique de 6,2 centimètres. De nombreuses optiques ne donnent pas un accès direct à la mise au point. Nous recommandons donc de commander aussi le correcteur de trajectoire peu coûteux qui se visse directement sur le filtre QUARK. Pour l’appareil photo, nous recommandons tout spécialement le Mono Guider de Touptek ou les caméras planétaires de ZWOptical. Seule un appareil photo noir et blanc (« mono ») vous permettra d’exploiter au maximum la résolution du capteur si vous photographiez un spectre étroit.

Malheureusement, il n’y avait aucune tâche solaire sur le soleil le jour où la prise de vue a été réalisée. Cette photo du fabricant montre un exemple de l’apparence des tâches solaires dans la lumière du Calcium H-Line.

Sonne-Calcium-H-Daystar

Vous trouverez des informations concernant cette photo sur la page consacrée au produit Calcium H-Line QUARK.

L’observation du soleil est une alternative fascinante ou un défi supplémentaire pour ceux qui aiment observer le ciel.

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Photographier la lune avec un smartphone : l’adaptateur pour smartphone Omegon Easypic

27.04.2017, Marcus Schenk

Autrefois, photographier la lune n’était pas chose facile. Il fallait prendre les photos, développer la pellicule et prier pour que tout soit bien net. On était ensuite déçu du résultat, car la lune n’était pas aussi nette qu’on l’avait espéré. Avec l’arrivée des appareils numériques et des appareils photo intégrés dans les smartphones, les choses se sont grandement simplifiées.

Ces derniers fournissent à présent une qualité exceptionnelle. On peut les utiliser pour faire des photos de la lune de bonne qualité, mais uniquement si l’on a la possibilité de raccorder le téléphone portable au télescope de manière fixe.

Voyons comment réussir une photo de la lune à travers un télescope.

La lune – photographiée avec un adaptateur Easypic, un Omegon 8″ Dobson équipé d’un oculaire Redline et un iPhone.

Der Mond - aufgenommen mit einem Easypic Adapter, einem Omegon 8" Dobson und einem iPhone.

Différence avec les autres adaptateurs

L’adaptateur universel pour smartphone Easypic repose sur un concept différent de celui de ses concurrents. La plupart des adaptateurs sont dotés d’un collier qui se fixe sur un oculaire de 1,25 pouce. Le smartphone est alors fixé séparément dans un dispositif de serrage et doit être exactement positionné par-dessus l’oculaire. C’est un bon système en soi, mais qui exige un certain doigté de la part du photographe. Et lorsque tout est bien en position, rien ne doit plus bouger.

Le problème, c’est que la nuit, on manque souvent de patience. Et en plus, on n’y voit absolument rien !

Alors, n’existe-t-il pas une solution plus simple ? Bien sûr que si ! Avec un centrage automatique.

Préparation de l’adaptateur

Dès qu’elle brille dans le ciel, orientez le télescope sur la lune. Dans l’oculaire, elle se voit déjà extrêmement bien. Installez à présent votre smartphone et l’adaptateur Easypic.

Au dos de l’adaptateur, desserrez la petite vis des pinces de retenue. Tournez-les complètement vers l’extérieur, puis placez-y votre smartphone en positionnant la lentille de l’appareil photo directement sur le trou central. Replacez les pinces de retenue sur votre téléphone et resserrez la vis. Vérifiez que les pinces sont bien serrées et que votre smartphone ne peut pas bouger.

Raccordement de l’adaptateur à l’oculaire

Maintenant, c’est facile ! Tenez l’adaptateur équipé du smartphone en contact direct avec votre oculaire. Tournez ensuite la grosse molette située sur le côté. Trois axes se mettent alors à bouger pour bloquer les trois en même temps votre oculaire. L’adaptateur se centre et se fixe ainsi automatiquement sur votre oculaire. La lentille de l’appareil photo de votre smartphone est alors exactement positionnée par-dessus le centre de l’oculaire.

Le centrage automatique vous permet de vous concentrer davantage sur l’objet que vous voulez observer et moins sur les détails techniques.

C’est tout.

So sieht es aus: Das Smartphone am Teleskop und der Mond im Zentrum.

Prise de vue : la lune dans le smartphone

La lune devrait apparaître sur votre écran dès que l’application de l’appareil photo a été lancée. Refaites la mise au point et tout est prêt pour réaliser la prise de vue.

Marche à suivre :
•    Désactiver le flash
•    Activer le déclencheur automatique
•    Adapter au besoin le temps d’exposition

Appuyez à présent normalement sur le déclencheur pour prendre une photo. Cette photo de la lune a été prise avec l’adaptateur universel pour smartphone Easypic et un télescope Dobson Omegon 8 pouces.

Réduction de la luminosité à l’aide de filtres gris neutres

La réussite d’une photo de la lune dépend en général du bon temps d’exposition. Mais des planètes telles que Vénus ou Jupiter apparaissent souvent avec trop de luminosité sur les photos car elles sont surexposées. Les disques planétaires ont alors l’air brûlé. Solution : utiliser des filtres gris neutres et des filtres polarisants variables. C’est l’astuce que nous utilisons lorsque nous voulons faire ressortir un peu plus de structure sur les planètes.

Conclusion :

utiliser un smartphone avec l’adaptateur universel pour smartphone Easypic permet de photographier la lune et les planètes en un tour de main. Pas besoin d’être un pro : même le raccordement à l’oculaire est un jeu d’enfant. Vous devez juste veiller à ce que l’adaptateur soit bien droit, c’est tout. Il vous permettra ainsi de prendre des photos de la lune d’une incroyable netteté, ce qui était encore inimaginable il y a quelques années.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Celestron CGX : une monture quasiment parfaite

27.02.2017, Stefan Taube

La marque Celestron pose de nouvelles références pour les astronomes amateurs : la nouvelle monture CGX associe les standards techniques actuels avec à design intelligent – et le tout pour un prix abordable.

CGX-Montierung
Quelques-unes des fonctions spéciales de la monture CGX :

  • Entraînement par courroie crantée et mécanisme à ressort : l’entraînement à courroie crantée limite le jeu entre les dents lors du changement de direction (backlash). Le mécanisme à ressort assure une pression homogène de la roue hélicoïdale et la vis sans fin. Il réduit la friction et optimise le mouvement de l’entraînement – chose que se retrouve clairement dans le niveau sonore.
  • Les codeurs optiques enregistrent la position de la monture. Ils permettent d’arrêter les moteurs avant la limite de pivotement mécanique et assurent le déplacement jusqu’à la position initiale. La monture peut suivre des objets jusqu’à 20° au-dessus du méridien.
  • Câblage intérieur : seul le câble d’alimentation électrique et le câble pour la commande manuelle sortent. Cependant les prises pour ces câbles sont placées de manière à ne pas bouger en même temps que la monture.

Der neu konzipierte Antrieb der CGX-Montierung.

  • De grandes poignées : les poignées garantissent le transport simple et les leviers de blocage sont placés manière à pouvoir s’en servir avec des gants.
  • Un design compact : la sellette proche de l’ascension montante améliore nettement le comportement vibratoire de la monture. Le moteur pour la déclinaison sert de contrepoids.
  • Toute dernière version de la commande Nexstar+ avec horloge intégrée pour enregistrer les derniers réglages et port USB pour une mise jour simplifiée du logiciel.

Vous trouverez d’autres informations sur notre page consacrée à la CGX.

Die neue CGX-Montierung mit dem EdgeHD 925 Teleskop.

Nous vous proposons la monture CGX seule ou en pack avec les optiques éprouvées Schmidt-Cassegrain de Celestron. Retrouvez toutes les versions sous Télescopes CGX. Pour les astrophotographes ambitieux, nous recommandons tout particulièrement la CGX 925 dans la version Edge HD. La version la plus économique et vivement recommandée pour débuter regroupe une optique SC et la monture dans la version CGX 800.

Grâce à la double platine Vixen/Losmandy, vous pouvez associer quasiment toutes les optiques des autres constructeurs avec la monture CGX.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Nouveauté : la monture EQ6-R de Skywatcher !

20.02.2017, Stefan Taube

Commandez dès aujourd’hui la nouvelle monture EQ6-R Pro SynScan GoTo de Skywatcher. Pour un prix de 1 599 euros, cette monture n’est que légèrement plus chère que le modèle précédent. Nous vous proposons même la EQ6-R moins chère que le prix recommandé par le fabricant : vous économisez 100 euros !

La monture EQ6-R est le successeur d’une des montures astronomiques les plus appréciées. La EQ-6 classique est une monture parallactique avec commande informatisée (GoTo). Elle offre une grande capacité de charge tout en restant transportable. Nous vous proposons le tout à un prix très attractif. Pas étonnant que la EQ6 a conquis le cœur des astronomes amateurs.

« Seul celui qui sait évoluer, se reste fidèle. » (Wolf Biermann)

La nouvelle EQ6-R ne fait rien d’autre que le modèle précédent, mais elle le fait bien mieux encore :EQ6-R-Pro-SynScan-GoTo

  • Design ergonomique avec de grandes poignées pour le réglage de la distance polaire et un affichage amélioré de la distance polaire, une poignée confortable pour le transport, une platine double pour la queue d’aronde selon Vixen et Losmandy.
  • La toute nouvelle version de la commande manuelle SynScan avec correction permanente PEC et raccordement pour appareil photo.
  • Et le meilleur : un entraînement par courroie crantée ! Ce nouvel entraînement évite le jeu entre les dents (backlash) lors du changement de direction. La monture fonctionne plus silencieusement tout en conservant un couple élevé. Tout cela se retrouve dans l’excellent autoguidage.

Avec cette nouvelle version, Skywatcher offre à sa monture classique un vrai lifting. La nouvelle EQ6-R s’imposera elle aussi dans les prochaines années comme une référence dans l’astronomie amateur : La EQ6 fonctionne, fonctionne, et ne cesse de fonctionner…

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Mini-guidescope d’Omegon : petite lunette de visée pour de meilleures astrophotos

23.01.2017, Marcus Schenk

Tout change : tout devient de plus en plus petit. Même pour la photographie ! Avant on se déplaçait uniquement avec de grandes et longues lunettes de visée pour l’astrophotographie. Le montage était souvent compliqué. Le nouveau guidescope mini d’Omegon facilite désormais nettement le suivi pour vos photos.

Chercheur et lunette de visée : le guidescope Microspeed 60 mm d’Omegon monté sur un télescope.

« Un guidescope est un télescope qui se monte en parallèle sur l’instrument principal. Tandis que l’appareil photo est monté sur le télescope principal, le guidescope garantit une poursuite précise. »

À découvrir : les guidescopes Omegon des séries 50 et 60.

Les guidescopes Omegon Mini sont disponibles avec un diamètre de 50 et 60 mm. Longs de seulement 200 et 260 mm, ils ne pèsent respectivement que 600 et 900 grammes : presque aussi légers qu’un oculaire de 2″. Quels en sont les avantages comparés aux lunettes de visées plus « classiques » ?

  • Plus léger : votre télescope n’est plus surchargé. Les télescopes plus petits permettent désormais de réaliser l’astrophotographie.
    Plus simple : placez simplement le guidescope dans la fixation du chercheur. Vous le retirez tout aussi facilement.
    Une meilleure mise au point : un porte-oculaire hélicoïdal règle précisément la netteté.

Vous trouvez plus d’informations sur les pages consacrées aux Guidescopes mini 50 mm et 60 mm.

Autoguidage et guidescope : fonctionnent-ils efficacement ensemble ?

En un seul mot : « oui ». Le guidescope fonctionne parfaitement avec un autoguidage. Pourquoi ? La plupart des autoguidages modernes sont dotés de petits pixels. L’avantage : une focale courte pour les guidescopes. Par exemple les autoguidages de Touptek sont dotés de tels petits pixels. Leur avantage : ses appareils photos sont ultra sensibles grâce au nouveau design de leur capteur. Vous trouvez ainsi pour chaque objet son étoile guide.

« Grâce au guidescope et à mon appareil photo, j’ai toujours une étoile guide dans mon champ de vision », Bodo Fischer, astrophotographe et utilisateur du guidescope.

Le guidescope avec un appareil photo Touptek

Quels appareils photos sont compatibles avec un guidescope Microspeed ? Notre recommandation « les appareils photos  HYPERLINK « http://www.astroshop.de/fr//p,48164″GCMOS01200KPA » de Touptek. Parfaits : grâce à leur fréquence d’image élevée de 30 images par seconde, leur connexion d’autoguidage ST-4 pour votre monture et à un logiciel de traitement graphique.

Les meilleures combinaisons :

  1. Guidescope Microspeed 50 mm + Mon Guider GCMOS01200KPA de ToupTek
  2. Guidescope Microspeed 60 mm + Mon Guider GCMOS01200KPA de ToupTek

Astuce : avec l’appareil photo, utilisez un filtre Omegon UV-IR ou le filtre Baader Semi APO. Les étoiles gagnent encore plus en netteté et vous profitez d’un excellent autoguidage.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Celestron Astro Fi : télescope pour débutant avec application

21.01.2017, Stefan Taube

Le NexStar Evolution a ouvert la marche : Celestron avait doté cette série de télescope d’une connexion WLAN. Vous connectez ainsi votre télescope avec votre tablette ou votre smartphone et profitez non seulement d’une commande sans fil de votre télescope, mais également de toutes les fonctions de l’application gratuite Celestron SkyPortal. Votre écran affiche le ciel actuel dans une superbe vue de planétarium et vous donne toute une mine d’informations. Pour les objets le plus fréquents, vous accédez à des images complémentaires ainsi qu’à un guide audio (en anglais).

Celestron propose cette technique aussi pour les télescopes économiques d’entrée de gamme. La série Astro Fi comprend actuellement quatre instruments différents :

Télescope Newton N 130/650 AZ GoTo Astro Fi 130

Télescope à lentille AC 90/910 AZ GoTo Astro Fi 90

Télescope Maksutov MC 102/1325 AZ GoTo Astro Fi 102

Télescope Schmidt-Cassegrain SC 127/1250 AZ GoTo Astro Fi 5

astro-fi-5

Notre astuce : le télescope Astro Fi avec l’optique SC.

Le dernier modèle cité est particulièrement intéressant : Astro Fi 5. Avec une ouverture de 5 pouces, il est déjà très lumineux. Cependant ce télescope reste très compact et ne bascule que légèrement sur le trépied. Le tube fermé protège le miroir principal contre la saleté. De plus, le réglage de l’optique SC reste stable. Tout en restant compactes, les optiques SC ont une grande focale et conviennent donc parfaitement pour photographier la lune et les planètes – un appareil photo bien adapté peut être le NexImage 5.

Comme nous l’avons dit, les quatre télescopes Astro Fi se connectent par WLAN pour la commande depuis l’application SkyPortal. Contrairement au télescope NexStar Evolution, Celestron a supprimé le boîtier de commande manuel sur le télescope Astro Fi.

Comme pour les grands télescopes de Celestron, l’Astro Fi est doté de SkyAlign, une technologie des plus pratiques. Il s’agit d’une technique simple grâce à laquelle la commande de l’ordinateur aligne le ciel étoilé actuel sur votre site. Il vous suffit d’aligner le télescope sur les trois objets lumineux au début de votre nuit d’observation. À l’aide des angles entre les objets et les données GPS du smartphone ou de la tablette, le télescope calcule la vue du ciel actuelle. Une fois cette courte procédure terminée, vous suivez automatique chaque objet que vous montre l’application SkyPortal. Vous devez simplement tapoter sur l’écran tactile.

Le nec plus ultra de la technologie SkyAlign : plus besoin de connaître le nom des trois objets lumineux que vous ciblez lors de l’initialisation. Une aide bienvenue pour les débutants et très utile pour les observateurs avisés car on ne voit souvent que peu d’étoiles à la tombée de la nuit pour pouvoir les nommer précisément.

Les télescopes Astro Fi sont dotés d’un compartiment à piles. La meilleure méthode pour l’alimentation électrique reste cependant la batterie LiFePO4 de Celestron.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

27.07.2017
Nous proposons l'expedition mondiale
Monnaie
Service
Conseil
Contact
Universe2Go